Solidaires et CGT, Finances Publiques 66 : « Peser tous ensemble contre la suppression d’emploi dans les P.O. »

solidaires-et-cgt-finances-publiques-66-peser-tous-ensemble-contre-la-suppression-demploi-dans-les-p-o

Franck Humbert, secrétaire départemental du Syndicat Solidaires Finances Publiques, nous communique avec prière d’insérer :

« Tout au long du conflit qui a commencé le 5 novembre, Solidaires et la CGT n’avons eu de cesse de médiatiser le mouvement. Nous y sommes relativement bien parvenus. Les documents préparatoires au CTR national des suppressions d’emplois devraient tomber très prochainement ! On devrait donc être fixés pour savoir si nous avons été entendus en terme de suppressions et de vacances d’emplois. Afin de porter notre enjeu local au plus haut niveau, nous avons réussi à faire venir un journaliste du Parisien Libéré aujourd’hui : son article devrait sortir demain matin.

Compte rendu de l’AG Côte Vermeille du 03/12/18 :
M. Bonnel est venu à notre AG, c’est bien.

En introduction, nous l’avons traité de menteur :
En effet, nous avons rappelé devant les personnels présents à l’AG que les trésoreries de Port-Vendres et du Boulou allaient fermé au 1er janvier 2019 et qu’il avait menti, lui DDFIP des PO, aux élus locaux et aux organisations syndicales (à travers les documents transmis pour le CTL et le CHS-CT). C’est très grave !
– Menti éhontément en affirmant que les missions auprès des collectivités allaient être renforcées alors que les 2 postes de trésoriers sont supprimés et que, par exemple, la mission de conseil va être dispatchée sur les trésoreries accueillantes qui auront donc plus de communes à suivre.
– Menti éhontément en affirmant que les conditions de travail des agents vont être améliorées… alors que les chiffres communiqués par l’administration prouvent que la charge des agents va vraiment exploser !
– Menti éhontément en affirmant que les heures d’ouverture des postes accueillants seront plus larges que celles des postes fermés : c’est le contraire !
– Menti éhontément aux élus en affirmant qu’ils ne s’inquiètent pas trop car les Maisons de Service au Public seront là pour répondre aux contribuables… Concrètement les conventions passées avec ces maisons ne consistent qu’à aider les contribuables à accéder à nos services en ligne ou à les orienter vers le service compétent… En aucun cas il n’y aura d’agent qui va accorder un délai de paiement ou répondre à une question !

Si M. Bonnel s’est quand même cru obligé de vanter lors de l’AG ces Maisons de Service au Public, il n’a pas répondu aux très graves accusations de mensonge que nous avons porté contre lui. Exit les menaces ? Finies les intimidations avec l’ombre des sanctions disciplinaires qu’il n’a cessé d’agiter depuis son arrivée ! Que se passe-t-il ? Nous avons pour notre part tous les documents officiels attestant de ces mensonges entre nos mains. Ce n’est pas digne de notre administration.

Et la démocratie dans tout ça ?
De plus, alors que les conseils municipaux de ces communes ont pris des délibérations contre les fermetures de ces trésoreries, alors que le CTL composé de représentants élus des personnels a également voté contre… les fermetures auront quand même lieu ! Que le directeur ne vienne pas nous dire que c’est l’Assemblée Nationale qui a condamné nominativement ces deux petites trésoreries ! Où est la démocratie quand les élus locaux ne sont pas entendus ? Où est la démocratie quand les représentants syndicaux – également démocratiquement élus – ne sont jamais entendus ? Nous faisons parti intégrante du système démocratique et on ne peut mépriser ainsi ces échelons ! Sinon, il ne faut pas s’étonner ensuite si la moitié des maires de France parle de ne plus se représenter ! Il ne faut pas s’étonner non plus de voir apparaître un mouvement comme celui des gilets jaunes ! Ça va mal finir !

Le contexte global :
Avec la situation complètement inédite des gilets jaunes, nous avons rappelé que beaucoup de fonctionnaires connaissaient des fins de mois très compliquées avec le gel quasi éternel du point d’indice… depuis Sarkozy ! Nous avons également rappelé le contexte à la DGFIP: 7 départements représentatifs de la DGFIP (grosses directions, petites directions, milieu rural, milieu urbain) ont d’ores et déjà leur feuille de route qui annoncent toutes la même chose: la bérézina ! Dans tous les cas, ce sont 2/3 des trésoreries qui vont fermer et les restructurations (regroupement de SIP, de SIE…) sont massives ! Aussi, quand le DDFIP vient nous parler du projet d’externalisation d’un SIP à Rivesaltes, nous aimerions commencer par le début: quelle feuille de route pour les PO aujourd’hui ? Pourquoi ce grand secret maintenu dans tous les départements (hormis les 7 cités ci-avant) ? Cela aussi est grandement facteur de stress !

Comment transformer la problématique de l’accueil en problématique de tous les services ?
Si au début, l’action est partie du problème grave des agents d’accueil de la Côte Vermeille, nous avons rappelé au DDFIP que seule la grève des agents d’accueil et des agents des SIP a forcé le directeur à répondre. Sur l’accueil, même insuffisante,une réponse a enfin été apportée. Pour l’instant, le bien fondé du droit d’alerte est entre les mains de l’inspecteur du travail… La problématique de l’accueil suit donc son cours. Mais nous savons tous que la problématique de l’emploi est récurrente dans tous les services : le cadastre (jugé comme prioritaire par la direction mais déshabillé de ses renforts), des trésoreries en grande difficulté (Saillagouse avec le chef de poste en arrêt, Ille sur Têt, St Paul, la trésorerie Impôt de Cabestany, Millas…). Partout c’est à flux tendu et dans certains endroits c’est mission impossible ! Que dire des SPF sous perfusion qui n’arrivent pas à rattraper le retard (avec 2 gestions différentes malgré un chef unique), que dire des SIE qui ont vu leurs ALD disparaître pour l’enregistrement…

Une fois des solutions apportées pour l’accueil, il faut bien avoir en tête que les collègues de l’accueil et des SIP ont continué à être en grève pour continuer d’exercer la pression sur l’administration afin de tenter de contraindre la DG à revoir les suppressions d’emplois à la baisse et à pourvoir les postes vacants pour l’ensemble des collègues du département. Il faut quand même les en remercier ! Il est vrai que de loin, nous savons bien que beaucoup de collègues pensent que l’action ne porte que sur l’accueil: nous précisons bien que les collègues de l’accueil se sont battus pour l’emploi de l’ensemble du département, ce qui nous a permis de faire remonter fortement la problématique des PO avec 40 000 nouveaux contribuables en 10 ans (230 suppressions d’emplois dans la même période), le département le plus pauvre de France métropolitaine, la proximité du paradis fiscal d’Andorre, de l’Espagne et une réception du public équivalente à celle de la Seine St Denis ! Nous avons défendu notre direction à la place du directeur ! C’est quand même un comble.

Le DG veut supprimer les congés en vu du PAS « comme dans n’importe quelle entreprise privée »…
Premièrement, nous avons informé le directeur que dans n’importe quelle grosse entreprise privée, il n’y avait jamais d’informatique au rabais ! Chez nous ça frise le sabotage ! Là encore, ça rajoute un stress important, surtout quand vous avez le contribuable en face !!!
Pour les congés, nous avons eu la garantie qu’il ne sera demandé qu’une présence significative dans les PO et que la règle des 50% de présence n’existait plus.

Et le Prélèvement à la Source ? Ça gaze ?
Nous avons interpelé le DDFIP : « ça fait 3 mois qu’on vous demande une brochure pratique sur le PAS, est-elle enfin prête ? » Pas de réponse. Et les stages qui se finiront le 7 janvier. Comme sur la majorité des sujets, nous avons l’impression que tout est géré à la petite semaine, à court terme, dans l’urgence… Bref que le DDFIP ne pilote rien du tout. Nous avons remis une couche au directeur en lui rappelant que ce sont les agents qui vont être en première ligne et que nous ne voulons pas porter le chapeau de l’incompétence de l’administration pour un projet dont personne ne voulait.
Et quid du PCRP et du PCE qui viennent d’apprendre qu’ils allaient être embauchés pour recevoir sur le PAS: auront-ils des baisses d’objectifs ? Pas de réponse de M Bonnel; Comment vont-ils s’intégrer dans l’organisation de l’accueil ? Pas de réponse… Là encore, on se répète mais dans cette direction tout est vraiment fait au dernier moment.

Pour conclure : nous avons demandé au DDFIP d’assumer les responsabilités pour lesquelles il est grassement payé :
Nous avons rappelé à M. Bonnel qu’il avait peut-être un devoir d’obéissance à la DG, mais qu’il avait surtout un devoir de bienveillance pour les agents de sa direction ! Surtout quand la santé de ceux-ci est gravement mise en cause et qu’il refuse de la reconnaître ! Il est également le garant du bon accomplissement de nos missions, sauf qu’il ne fait absolument rien pour avoir les moyens humains nécessaires. De fait, de par son attitude uniquement autoritariste face à la contestation (et aussi à l’encadrement ?), M. Bonnel est également un facteur important de stress pour une majorité d’agents des Pyrénées Orientales. Toujours déterminés, nous lui avons néanmoins demandé de défendre sa direction et de faire ainsi son travail.

Et maintenant, quelles suites pour notre mouvement ?
Le nombre de suppressions pour les PO devrait sortir demain dans les documents préparatoires au CTR national prévu le 11 décembre. Dès que nous en aurons connaissance, nous pourrons juger de l’impact de notre action. Nous organiserons une AG dans la foulée. En toute transparence, nous n’avons pas à ce jour suffisamment récolté de chèques pour continuer à financer de nouvelles journées de grèves (il faut une quinzaine de grévistes par jour pour que ça reste fermé). Il faut que des chèques arrivent massivement pour envisager de continuer sous cette forme. Nous rappelons qu’un préavis illimité est déposé pour l’ensemble des CFP du département. Ensemble, nous devons continuer à faire vivre nos AG et à décider ensemble. Nous réfléchissons à la meilleure date possible pour déposée une HTII permettant d’organiser une AG pour les collègues de l’ensemble du département.

Quoi qu’il arrive, comme nous l’avons décidé ce matin nous continuons à faire vivre le fond de solidarité car dès le début janvier, plusieurs départements commencent à parler d’un mouvement autour du PAS… Adressez vos chèques à l’ordre de « section 66 – fond de solidarité »!

Tous ensemble ! »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.