Thuir : Vieux kleenex en entreprise, parias de l’emploi, les quinquas (ré)inventent l’enthousiasme !

OLYMPUS DIGITAL CAMERAC’est dans sa remorque aménagée que Pierrot, 56 ans, propose ses gaufres belges. Parcours et portrait d’un quinqua qui a osé la reconversion.

Alors que la conjoncture économique inviterait plutôt à la prudence, voire à l’immobilisme, ils sont de plus en plus nombreux les quinquagénaires à oser braver l’incertitude ! Hier, la crise existentielle était l’apanage des quadras. Aujourd’hui, ce sont les quinquas qui s’y mettent ! Du moins les moins poltrons ou les plus téméraires. Las des contraintes du monde salarial, considérés comme trop âgés par les entreprises, ils sont fréquemment pressés au départ, poussés vers la sortie ou le burn out ! Avant cette issue fatale, certains anticipent se décidant à claquer. Les pieds sur terre, forts d’expériences de vie et professionnelles, ils s’engagent dans le challenge de changer de profession, voire d’existence de vie en créant leur petite boite. Parfois, des soucis de santé, produisent les mêmes effets.

Un avenir à 50 ans ?   

Pierre Savonet alias Pierrot, sujet Belge mais thuirinois d’adoption, a créé voilà bientôt un an, son négoce artisanal. Il relate son parcours : «Avant, j’étais poseur en aluminium PVC, ma santé défiante m’a poussé à la reconversion. Pendant ma convalescence, j’ai tenté d’imaginer ce que je pourrais faire par la suite. C’est en retournant en Belgique que l’idée m’est venue. Une petite étude de marché plus tard, ni pizza, ni kebab, ni churros : Ce sera les gaufres de Bruxelles ou de liège ! » S’exclame le volubile Pierrot au délicieux accent Wallon mâtiné du brin d’humour qui va avec. Qui ne s’est pas rendu en Belgique n’en connait pas les gaufres. Pourtant, elles sont renommées dans le monde entier. Hum ! Elles se dégustent chaudes, saupoudrées de sucre impalpable. D’une douceur simple, croustillantes au dehors et moelleuses à l’intérieur, elles deviennent savoureuses tentations, garnies de crème chantilly et de fruits frais ! Pour ce faire, Pierrot a effectué un stage bénévole à Liège chez un artisan où il a appris rudiments et secrets de fabrication. A son retour à Thuir, doué de ses mains, il se lance avec enthousiasme dans la conception de sa gaufrerie mobile aux normes high-tech, aux couleurs flashy, sympa à son image. Bien que toutes ses économies aient été englouties dans ce projet, il ne regrette rien. «J’ai opté pour la qualité. Mes gaufres traditionnelles de Liège ou de Bruxelles sont préparées avec des produits nobles, sans additifs, ni colorants. Je ne dévoilerai pas les secrets de fabrication pour en conserver ici l’exclusivité.»  Déclare-t-il un tantinet espiègle.

Quelle est donc cette société qui, dans un même élan, ne ménage aucunes prespectives d’avenir pour ses jeunes et jette au rebut ses plus expérimentés ? Une société qui marche sur la tête, pardi ! 

Contact 04.68.92.45.69 ou 06 98 97 26 27  Pour passer commandes. [sociallinkz]

 

Pierre Savonet
Pierre Savonet

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.