Sport : du rugby mais pas que… pour Olivier Amiel

Considérant que le sport est un outil primordial en matière de cohésion sociale notamment auprès de la jeunesse, Olivier Amiel avec ses colistiers Carole Delahaye, Sandra Rodriguez, Youssef Akkari et l’équipe de campagne ont présenté le jeudi 28 novembre 2019 leurs quatre grands axes pour le développement du sport à Perpignan :

1/ Affectation des 250.000 € (actuellement consacrés au cabinet du maire que nous supprimons) en faveur du sport amateur. Soit une hausse de 25% du budget pour les clubs de sport amateur. Les subventions iront principalement aux clubs qui développent des partenariats avec les écoles de la ville mais également en faveur de la pratique sportive en dehors des clubs.

2/ Investissements dans les deux grands stades de rugby Aimé Giral (rénovation du stade et centre d’entraînement) et Gilbert Brutus (nouvelle tribune) avec mise en gestion directe des stades par les deux clubs prouvant la confiance que nous avons en eux, ce qui permettra un développement plus optimal et pérenne pour leurs activités.

3/ Soutien au retour d’une équipe de football au plus haut niveau, en évitant le saupoudrage et en incitant l’association de tous pour le développement d’un grand club en lien avec celui de Canet tout en maintenant le réseau des écoles et équipes dans tous les quartiers. Perpignan est une des très rares villes de plus de 100 000 habitants à ne pas évoluer en Ligue 1 ou Ligue 2.

4/ Création d’une patinoire sur le modèle de celle de Nîmes qui a coûté la moitié du prix moyen pour une telle infrastructure (4 millions au lieu de 8). Depuis 1992 et l’effondrement de son toit il n’y a plus de patinoire à Perpignan. L’argument budgétaire ne tient plus compte tenu des nouvelles possibilités techniques afin de proposer à nouveau cet équipement aux habitants.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.