Le sénateur-maire du Soler François Calvet s’engage dans le débat du futur nom de la région Occitanie

senateur-maire-de-ville-soler-francois-calvet-sengage-debat-futur-nom-de-region-occitanie

A l’issue du vote pour le nom de la nouvelle région qui s’appellera désormais « Occitanie », François Calvet, sénateur des Pyrénées-Orientales, maire du Soler, 1er vice-président de la communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole a décidé de porter la colère et l’exaspération des Catalans au plus haut sommet de l’État dans une missive du 5 juillet adressée au premier ministre.

Inquiet pour l’avenir et la lisibilité du territoire catalan au sein de notre nouvelle entité régionale qui compte plus de 6 millions d’habitants, le 5 juillet dernier, François Calvet a adressé une missive à l’attention du premier ministre Manuel Valls. Lui-même Catalan d’origine, nous espérons sincèrement qu’il puisse revenir sur cette décision qui raye de la carte l’exception culturelle, l’histoire et les traditions des 400 000 résidents du département des Pyrénées-Orientales.

En effet, les élus du conseil régional, dans leur majorité, ont choisi un nom lié à une des deux identités (Occitanie/Pays Catalan) qui la composent. Ce choix a été dicté par les résultats d’une consultation sur internet qui a abouti à faire apparaître, pour environ 200 000 votants sur les 6 millions d’habitants de cette région, le nom d’Occitanie. Cette appellation est arrivée en tête avec moins de 45 % des suffrages exprimés, Occitanie-Pays Catalan n’ayant obtenu que 12,5 % des suffrages.

« Notre département vit cette appellation comme une marque de mépris supplémentaire pour ses habitants. Qu’avons-nous fait de mal pour que nous soyons ignorés à ce point ? L’absence de prise en compte de notre identité contribue un peu plus au désespoir et ajoute à la crise économique et sociale que connaît notre territoire. Elle contribuera à précipiter les gens vers les extrêmes. De plus, l’absence de représentation de notre territoire augure bien mal de la considération que les dirigeants de la nouvelle région auront pour les Catalans. Et aujourd’hui, nous sentons monter tous les jours un peu plus, de tous bords politiques confondus, l’exaspération populaire que crée cette situation » souligne François Calvet.

Espérons que ce courrier envoyé à Matignon puisse ramener le bon sens et la raison qui fait cruellement défaut sur ce dossier à l’administration de Carole Delga, présidente du Conseil Régional et qui nous offre un bel exemple de centralisme territorial.

En 2010 déjà, une incroyable mobilisation, nous avait sauvé de la « Septimanie » et conduit Georges Frêche à faire marche arrière pour conserver « Languedoc-Roussillon ». Souhaitons que le premier ministre examine avec attention la proposition « Occitanie » qui sera ratifiée par décrets et par ses services au mois d’octobre 2016.

Des paroles, des écrits, mais aussi des actes ! Pour signaler son engagement à faire en sorte que cette situation évolue et ne reste pas fermée, François Calvet a décidé d’ajouter sous le panneau signalétique « Le Soler » la mention « Pays Catalan », une initiative qui pourrait bien être reprise très prochainement dans un grand nombre de villes et villages du département.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.