Salon littéraire du Prix FoLire avec Vincent Lahouze, Mathieu Simonet  et Guillaume Para

Vincent Lahouze

Le prix FoLire, fruit d’un partenariat entre le Centre Méditerranéen de Littérature, la Caisse d’Epargne Languedoc-Roussillon  et le Centre Hospitalier de Thuir reçoit les trois auteurs sélectionnés ce lundi 16 septembre au Chs de Thuir à partir de 14h30, après une rencontre en matinée au centre pénitentiaire de Perpignan.

En neuf ans, ce prix littéraire unique en France, s’est imposé en Occitanie comme un prix littéraire de référence dans le monde de la santé, et plus particulièrement dans celui de la psychiatrie. Il s’agit d’un prix de lecteurs handicapés psychiques ou souffrant de maladie mentale qui facilite la réinsertion psycho-sociale par la lecture et le vote.

Après une très belle édition 2018 qui a couronnée Damien Luce pour son livre  Claire de Plume  (Editions Héloïse d’Ormesson) sous le parrainage de Cali, c’est au tour des trois finalistes de l’édition 2019, Vincent Lahouze, Mathieu Simonet  et Guillaume Para de venir à la rencontre des jurés-patients.

Réinsertion, handicap et adoption  

Vincent Lahouze présentera son roman Rubiel e(s)t moi  (Lafon). Vincent Lahouze est né Rubiel, et c’est lors de son adoption que ses parents adoptifs ont décidé qu’il s’appellerait désormais Vincent. Une double identité difficile à porter lorsque l’on est seulement petit garçon. Toute son enfance puis son adolescence, Vincent Lahouze va chercher à se construire, tiraillé entre ces deux identités.

Mathieu Simonet  présentera de son côté son roman Anne-Sarah K.(Seuil). Anne-Sarah K. est incroyablement belle, incroyablement gaie. Elle est aussi en train, au fil des pages, de devenir sourde et aveugle. Qu’à cela ne tienne. Avec ces deux handicaps, et même, précise son ami Mathieu Simonet, grâce à ces deux handicaps, elle s’apprête à réaliser bien des choses. Itinéraire qui nous est relaté sur un mode qui n’a rien de compassionnel.

Quant à Guillaume Para, il évoquera son roman Ta vie ou la mienne (Anne Carrière), un roman qui traite de ceux que la société renie, oublie. C’est le destin d’Hamed, un jeune issu des banlieues qui du jour au lendemain part vivre à chez son oncle et sa tante à Saint Cloud, commune de l’Ouest Parisien. Le choc total et la possibilité de pouvoir devenir quelqu’un de bien, de ne plus être assimilé à ces jeunes casseurs, la misère, la drogue, la violence qui sonnent au porte.

Entrée libre.

Guillaume Para
Mathieu Simonet

INSCRIVEZ-VOUS POUR RECEVOIR GRATUITEMENT LE JOURNAL CATALAN :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.