Retour sur le projet d’agricultures durables en Méditerranée mené par GoodPlanet, les CIVAM et Antargaz

Il y a un an, Antargaz lançait en partenariat avec la Fondation GoodPlanet et la Fédération Nationale des CIVAM un programme de 3 ans pour la préservation de la fertilité des sols en Méditerranée.

Pour cette deuxième année, GoodPlanet, les CIVAM et Antargaz ont acceuilli au domaine du Maspiquet une cinquantaine d’agriculteurs, animateurs et agronomes. L’objectif : comprendre l’intérêt du couvert végétal entre les rangs de vignes.

Un projet durable soutenu par Antargaz Finagaz

La Fondation GoodPlanet reçoit depuis 10 ans le soutien d’Antargaz Finagaz pour développer des projets agroécologiques sur le territoire français. Après avoir soutenu un projet de boisement pour la protection de captage d’eau en Bretagne, un projet d’agroforesterie dans le Pas-de-Calais, puis dans le bassin Adour-Garonne, Antargaz Finagaz, acteur majeur du marché de l’énergie en matière de distribution de gaz, poursuit son action auprès de la Fondation GoodPlanet en soutenant pour la deuxième année consécutive, ce projet d’agriculture durable en Méditerranée (Occitanie et PACA) menée sur le terrain par le réseau CIVAM.
La Fondation GoodPlanet présidée par Yann Arthus-Bertrand, en collaboration avec l’énergéticien Antargaz Finagaz, accompagne pour la deuxième année le réseau CIVAM (Centre d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural) dans la mise en oeuvre d’un programme d’agricultures durables en Méditerranée (Occitanie et PACA). Ces actions menées au service des producteurs ont pour but de promouvoir la préservation de la fertilité des sols.
UN PROJET AU SERVICE DES AGRICULTEURS
C’est dans ce contexte que ce projet a été initié en 2017 pour une durée de 3 ans. Il vise une meilleure préservation de la fertilité des sols et un renforcement de l’autonomie des exploitations du territoire méditerranéen.
Il consiste à mettre en évidence les problématiques fortes des sols méditerranéens (aléas climatiques et peu de matières organiques d’origine animale) et à accompagner des groupes d’agriculteurs vers des systèmes agricoles durables adaptés à ce contexte, en
travaillant avec eux au travers de 2 types d’actions :
• Réflexions et actions collectives (mutualisation des expériences et savoir-faire) : diagnostics de fermes, échanges entre agriculteurs, animation de groupes, formation (sol, viticulture, agroforesterie…)
• Valorisation des expériences remarquables : journées de visite, forums, mise en relation, diffusion de supports de communication, site internet…
UN PROJET NÉCESSAIRE
Les sols méditerranéens sont fragilisés par des aléas climatiques de plus en plus fréquents. Les agriculteurs qui les cultivent tentent de mettre en œuvre des pratiques plus respectueuses de la fertilité de cette ressource indispensable.
Dans cette optique, plusieurs groupes de producteurs (maraîchers, viticulteurs, céréaliers…) des régions Occitanie et PACA questionnent depuis plusieurs années les systèmes traditionnels de culture dans des territoires où l’accès aux matières organiques – issues de l’élevage notamment – est limité.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.