Réseau de communication : Oui au Pays Catalan en faveur d’un plan « Internet et ruralité »

reseau-de-communication-oui-pays-catalan-faveur-dun-plan-internet-ruralite

Le mouvement Oui au Pays Catalan nous communique sous le titre « Pour un plan global Internet et ruralité », au sujet de l’inégalité de couverture Internet entre ruraux et citadins, avec prière d’insérer :

« En Haut-Vallespir, en Haut-Conflent, en Cerdagne, en Capcir voire en Roussillon, le débit Internet est très inférieur aux promesses publicitaires : le service est très inégal entre urbains et ruraux. S’il s’agissait d’électricité, accepterait-on 220 volts dans les
métropoles et 110 volts à la campagne ? Internet est indispensable à l’économie, aux démarches administratives, à la télémédecine et au divertissement. Mais la vétusté des réseaux pénalise la ruralité, cet espace de vie garantissant l’enracinement des habitants, que nous soutenons sans réserves.

Pour remédier aux retards, l’État recommande depuis 2011 des « Nœuds de Raccordement aux Abonnés de Montée en Débit » (NRA-MeD), sans suivi sérieux. Le Contrat de Plan État-Région 2015-2020 alloue 200 millions d‘euros aux chantiers Internet. Serons-nous servis par une région « Occitanie » qui nie notre existence ?
Si l’installation de lignes est trop onéreuse, choisissons l’Internet reçu par fibre optique aérienne, rejoignant les foyers par le réseau électrique grâce au Courant Porteur de Ligne (CPL). Cette solution est adoptée par la Communauté de communes languedocienne de Carmaux, et par Camprodon, commune mitoyenne de Prats-de-Mollo. La Communauté de Communes du Haut Vallespir et les villages de Cerdagne qui l’envisagent doivent être soutenus financièrement par la force publique.

En téléphonie mobile, pour accéder à la 4G, certains Cerdans doivent se connecter au réseau espagnol, plus moderne ! En Haut Vallespir, les coupures sont fréquentes et certaines communes, dont Coustouges, n’ont aucun réseau : la sécurité civile est compromise.
En téléphonie fixe, les réseaux et le matériel vieillissent car la loi n° 96-659 du 26 juillet 1996, sur la réglementation des télécommunications, déresponsabilise Orange et sacrifie la ruralité. La loi doit changer, car la neige et les tempêtes endommagent
régulièrement les lignes, souvent jusqu’à la rupture.

Pour résorber les problèmes spécifiques du Pays Catalan en matière de technologies de communication, nos parlementaires doivent réagir. Le Conseil départemental doit coordonner un plan technologique global « Internet et ruralité », financé par la région et l’État, voire l’Union européenne, car ce dossier est prioritaire. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.