Question de Louis Aliot sur les publications concernant les premiers résultats obtenus par le Professeur Didier Raoult

0
2

Louis Aliot alerte M. le Premier ministre sur les publications et articles concernant les premiers résultats obtenus par le Professeur Didier Raoult à propos de l’utilisation combinée du « Plaquemil » et d’un puissant antibiotique contre la pandémie de Covid-19.

« Ce professeur reconnu est le chercheur européen dont les publications ont été les plus citées par la communauté scientifique internationales dans le domaine des maladies infectieuses.

Si nous savons que le gouvernement a déjà pris des mesures pour des tests sur l’ensemble du territoire national, il convient de s’assurer d’une possible production de masse et d’un possible approvisionnement généralisé de ce médicament qui permettrait de délester bon nombre d’établissements hospitaliers saturés ou en surcharge.

Le Gouvernement s’assure-t-il que le groupe Sanofi soit en mesure de produire et surtout de répondre à l’urgence sanitaire nationale avant toutes autres commercialisations vers des pays étrangers ?

Est-il disposé en cas d’essais concluants à réquisitionner l’outil de production pour répondre à la demande ?

A ce jour, le groupe Sanofi a-t-il vendu à l’étranger ce médicament en grand nombre ?

Les Français ne comprendraient pas, malgré toutes les informations disponibles sur le sujet, toutes les communications du professeur Raoult, malgré toutes les mesures prises en urgence par d’autres grandes démocraties pour utiliser ce médicament, que nous n’ayons pas anticipé face à cette menace. Et surtout ne comprendraient pas que nous n’ayons pas utilisé ces moyens à notre disposition et fabriqués en France.

S’il est bien un principe de précaution qui doit s’imposer, c’est bien en matière de crise sanitaire majeure.

Si c’est la guerre, alors prenons des mesures d’exception et vite. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.