Présentation du programme européen IFreightMED-DC

Terminal du Pôle Economique St Charles à Perpignan
Terminal du Pôle Economique St Charles à Perpignan
iFreightMED-DC : consolider, pérenniser, accroître les capacités  des infrastructures de transport multimodal  sur le corridor euro-méditerranéen pour une croissance durable des richesses de nos territoires. 
 
Présentation du programme européen IFreightMED-DC
Présentation du programme européen IFreightMED-DC
Ce mardi 25 juin 2013, Bernard Fourcade, Président de la Chambre de Commerce Languedoc-Roussillon, Jean-paul Alduy, Président de la Communauté d’Agglomération Perpignan Méditerranée, Annabelle Brunet, vice-présidente de Perpignan Méditerranée, pilote du projet IFreightMED et Bruno Kothe, co-président de la Fédération Nationale des Transporteurs du Languedoc Roussillon et représentant du Pôle Economique Saint Charles de Perpignan (PESC) ont présenté à l’Hôtel d’Agglomération Perpignan Méditerranée le projet européen iFreightMED-DC à la presse et aux professionnels de la logistique et des transports. Doté d’un budget de 2,67 millions d’euros, ce projet vise à promouvoir des services durables de fret intermodal et ferroviaire en vue d’optimiser les infrastructures existantes et d’améliorer les niveaux de service sur les grands corridors.

Le projet iFreightMED-DC s’inscrit dans le cadre du programme européen de coopération transnationale MED. Avec un financement de 2,67 millions d’euros (dont 75% provient du FEDER), le projet repose sur la création de 5 comités de travail par pays/région participant. Le chef de file, à l’initiative du projet, est la Generalitat de Catalunya (à travers son Ministère du territoire et du développement durable, avec le Conseil Général des Chambres de Commerce de Catalogne, Ferrocarrils, le Port de Barcelona et le Port de Tarragona). Les quatre autres pays sont : la France (représentée par la Région Languedoc-Roussillon, l’Agglomération Perpignan Méditerranée et Le Pôle Economique St Charles), l’Italie (Ligurie), la Slovénie (Zahodna Slovenija avec la CCI de Slovénie et le Port de Koper) et enfin la Croatie (Jadranska Hrvatska avec la CCI de Croatie). Ces groupes de travail techniques ont pour mission d’analyser les services de fret intermodaux existants, de repérer les blocages et difficultés rencontrées sur le terrain par les professionnels et d’étudier la faisabilité de nouvelles stratégies pour améliorer la compétitivité de l’ensemble des structures et augmenter le trafic. L’objectif final étant de développer le fret ferroviaire et maritime afin de désengorger nos autoroutes et de diminuer l’empreinte carbone.

Ces comités permettront d’offrir un interlocuteur efficace en logistique aux entreprises intéressées pour investir dans la région euro-méditerranéenne et de consolider l’efficacité des services dans les grands corridors d’Europe du Sud permettant de rivaliser avec les grands ports du Nord par lesquels transitent encore aujourd’hui 75% du fret de marchandises en provenance d’Asie. Le travail de l’ensemble des 5 comités permettra de bénéficier d’une vision globale via un rapport final sur les meilleures pratiques et sur des recommandations qui seront présentées à Bruxelles en juin 2015. Une fois les obstacles du réseau ferroviaire sud-européen clairement répertoriés, des solutions aptes à favoriser l’augmentation des flux pourront être proposées.

Terminal du Pôle Economique St Charles à Perpignan
Terminal du Pôle Economique St Charles à Perpignan

Lors de la présentation du projet, le président de Perpignan Méditerranée, Jean-Paul Alduy, a évoqué le «défi historique» de «l’économie logistique» de Perpignan Méditerranée, dans le cadre du réseau «Med». Il a également souligné l’intérêt d’attirer davantage de marchandises vers la plateforme multimodale Perpignan Saint-Charles Conteneur Terminal, une des plus modernes de France. Le Président de la CCI Languedoc-Roussillon, M. Bernard Fourcade, a rappelé que «le fret est un enjeu primordial pour l’ensemble de l’économie du Languedoc-Roussillon». En effet, l’augmentation du prix du pétrole, l’arrivée de l’écotaxe poids-lourds (prévue pour octobre 2013) ainsi que le réchauffement climatique sont autant d’arguments qui vont dans le sens de ce projet visant à choisir des modes de transport durables. La réussite de ce projet tient à une véritable coopération de tous les partenaires. C’est pourquoi, Bruno Kothé, représentant du Pôle Economique St Charles de conclure : “S’associer, disait Tocqueville, c’est réunir en faisceau les volontés individuelles pour défendre une conviction commune.”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.