Thuir : Philippe Gally, artisan tapissier : L’âme créative au bout des doigts.

Méconnus du grand public, les métiers d’Art constituent une activité liant tradition, époque et savoir-faire pour créer, conserver et restaurer des œuvres. Rencontre d’un tapissier-décorateur.

Au coeur historique de Thuir, l’atelier Arago. De la rue, aucun bruit ne filtre. Une lourde porte cochère entrebâillée tente la curiosité. Sitôt franchie, une entrée aux charmes discrets d’antan se révèle. Sous les pas, les pavés ; Sous les yeux, une vieille bâtisse emplie d’authenticité, abrite l’Atelier.

L’incroyable parcours

La quarantaine avenante, le regard bleu passion dissimulé sous de timides lunettes, Philippe Gally, est tapissier-décorateur de son état. Derrière les mots de ce créateur à la personnalité affirmée, on devine sans peine la fibre artistique. études de sociologie, d’anglais, son parcours sera ensuite singulier ! Avant de trouver sa voie, le toulousain Philippe, s’est égaré dans un emploi de bureau où routine rivalise avec enfermement. à la trentaine, l’appel existentiel est trop fort ! Lassé du train-train, son courage à deux mains, sa conviction en bandoulière, il entame une reconversion professionnelle à Decazeville. « Passionné d’antiquités, de vieux objets, à 12 ans je chinais déjà chez les brocanteurs.» Révèle Philippe et de se rappeler : « Au hasard de mes rencontres j’ai découvert ce métier de tapissier-décorateur.» Il fait ses classes chez des maîtres tapissiers toulousains réputés, Robert Lortal, Les Ateliers Niboulepuis parcourt le Monde tout en exerçant son art : Nouvelle-Zélande, Australie, Asie du sud-est, Grande Bretagne… Au retour, marié à une catalane, le couple revient au pays. Philippe y monte son atelier ; pour la qualité de vie, il choisit de s’installer à Thuir.

Un savoir-faire inégalé

Générations de compagnons après générations, l’héritage des savoir-faire complexes a traversé les âges. Philippe réalise des pièces uniques accomplies dans la plus pure tradition du métier : Maîtrise technique, dextérité, précision, rigueur, minutie, amour du bel ouvrage. Entre ses mains, vieux canapés avachis, fauteuils affaissés ou méridiennes fatiguées, retrouvent vie et fierté…Il est capable de customiser un siège vieillot en mobilier tendance Art déco, de requinquer un fauteuil Voltaire défraichi en une pièce BCBG.

Retour aux valeurs ?

Si depuis plusieurs décennies, les gens ne faisaient plus réparer leurs meubles, aujourd’hui, on assiste à un retour aux valeurs « Les particuliers sont davantage attachés aux meubles de famille, ils veulent les restaurer pour les transmettre.» Reconnait Philippe. Cet artisanat d’Art répondrait-il aux attentes d’un public toujours en quête de l’unique, l’original, du sur-mesure, revenu de l’uniformisation des produits neufs standardisés ? Métier d’hier, d’aujourd’hui et d’avenir éveillera-t-il de nouvelles passions et vocations chez les jeunes d‘ici ? Ce savoir-faire appartient à notre patrimoine, notre culture, il participe au dynamisme des Aspres, du Roussillon.

L’Atelier Arago 12, rue Arago 66300 THUIR Port. 06 63 27 31 35

JLMOLYMPUS DIGITAL CAMERA

[sociallinkz]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.