Perpignan au centre de la tempête jaune : Rétrospective d’une folle semaine où notre ville a été le centre d’une attention nationale

L’acte 37 des Gilets Jaunes s’est déroulé le samedi 27 juillet et a attiré plus de 300 manifestants. Rassemblés sous une pluie battante, ils se sont élancés vers 11h30 pour battre le pavé Catalan. Avançant sans itinéraire prévu d’avance, ils ont décidé de rester en centre ville.

La Préfecture des PO n’avait pas lésiné sur les moyens pour encadrer ce qui était un appel national à manifester. Des CRS et un escadron de Gendarmerie Mobile étaient mobilisés pour l’occasion. Venant des quatre coins de la France, les gilets jaunes joueront au chat et a la souris avec les forces de l’ordre de longues heures. Au vu des éléments qui constitueront la journée, certains se demanderont qu’elles étaient les consignes données par le préfet pour faire face a cette manifestation. Il semble que ce soit une première dans notre département, la journée sera émaillée d’actes de vandalismes dus à des Black Bloc infiltrés dans le cortège de la manifestation.

Extinction du feu allumé sur une chaise de la permanence de Perpignan du député Romain Grau par un manifestant
Extinction du feu allumé sur une chaise de la permanence de Perpignan du député Romain Grau par un manifestant


C’est le saccage de la permanence du Député Romain Grau qui fera le plus parler les politiques et les médias. Quelques temps après les événements, le Député Grau livrera son témoignage qui sera rapporté par la presse locale et nationale.  Un manifestant est matraqué par des agents de la Police. Il en sera quitte pour un traumatisme crânien léger. Selon la Police, deux policiers auraient été blessés. Une autre altercation aura lieu devant la boutique Indigo où une employée sera violemment bousculée par un black Bloc. Là, il semble que les forces de l’ordre soient restées dans un attentisme qui pose un certain nombre de questions aux manifestants. La manifestation se termine aux alentours de 15h30, dans la gare du Centre du Monde. La compagnie de Gendarmerie Mobile y contrôle les 30 derniers manifestants qui s’y étaient réfugiés. La Permanence du Député Romain Grau, elle, fera l’objet d’une surveillance étroite de la part de la Police.

Le ministre de l'Intérieur  Christophe Castaner devant la permanence du Député Grau
Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner devant la permanence du Député Grau

Perpignan en état de siège.

Le mercredi 31 juillet le ministre de L’intérieur arrive en début d’après midi sur Perpignan. Il doit inspecter le dispositif : feu de forêts mis en place par le SDIS 66. C’est vers 13h30 qu’une compagnie de CRS et un escadron de Gendarmerie Mobile bouclent le centre ville du Castillet au cours Lazare Escarguel. Il ne faut pas longtemps pour comprendre que Mr Castaner va venir a la permanence de Romain Grau. Celle-ci est encore habillée de contreplaqué. Il sera impossible d’accéder à la rue du Marché de Gros sans être expressément habilité par la préfecture. Je serai, moi-même, contrôlé deux fois. Quelques personnes s’énerveront de telles consignes de sécurité, ne pouvant ouvrir leurs commerces ou ne pouvant se rendre à leur appartement uniquement sous escorte. Des Gilets Jaunes seront maintenus à distance car trop bruyants. 

Visite du ministre Christophe Castaner au SDIS 66 de Perpignan
Visite du ministre Christophe Castaner au SDIS 66 de Perpignan

Le ministre de l’Intérieur partira finalement pour le Centre de Secours de Perpignan Nord avec, entre autres, le Député Romain Grau. Les manifestants pourront alors rejoindre la permanence toujours sous protection policière et partiront peu après avoir constaté que le Député ne se trouve plus sur les lieux, il n’y avait donc plus de possibilité d’avoir un entretien. La Compagnie de CRS se déplacera à la caserne des pompiers et bouclera partiellement le secteur. Les Gendarmes eux, se mettront en ordre de protection à l’aéroport où ils bloqueront l’accès à des manifestants.

Le ministre de l’intérieur devait se rendre dans le Gard où un important incendie a ravagé 500 hectares de forêt la nuit dernière. Je serai pour ma part, a nouveau contrôlé à deux reprises par les CRS sans que je sois empêché de faire mon travail.

La fontaine du marché de la république de Perpignan couleur sang, lors de l'hommage a Steve
La fontaine du marché de la république de Perpignan couleur sang, lors de l’hommage a Steve

L’hommage à Steve.

Vendredi dernier, a 19h, 300 manifestants se sont réunis pour une marche blanche en l’honneur de Steve, le jeune homme de 24 ans décédé il y a un mois à Nantes lors de la Fête de la Musique.  Ce jour-là, le cortège ne tarde pas a se transformer en manifestation contre les violences policières aux abords de la Préfecture. Les policiers présents seront hués et on pourra entendre des slogans émaillant les manifestations de Gilets Jaunes depuis maintenant de nombreux mois.

Marche Blanche à Perpignan pour Steve
Marche Blanche à Perpignan pour Steve

Des pancartes demandant justice pour Steve seront aussi de la partie. Les manifestants profiteront d’une estrade sur le marché de la République pour faire une minute de silence et tenir un bref discours. Des bougies seront allumées sur les bords de la fontaine dont l’eau sera teintée de colorant rouge. En fin de manifestation, le cortège se dirigera à nouveau vers la permanence du Député Grau. Celle-ci est toujours protégée par des forces de l’ordre, la tension montera avec l’arrivée du Directeur Départemental de la Police. Une brève empoignade entre policiers et manifestants aura lieu avant que les manifestants ne repartent en direction du Castillet et se séparent.

Cette semaine de lutte semble montrer que le mouvement des Gilets Jaunes ne s’est pas éteint dans le département. A suivre donc.

Laurent Sas

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.