Nicolas Marty lauréat de l’Académie de Médecine

nicolas-marty-laureat-de-lacademie-de-medecine
nicolas-marty-laureat-de-lacademie-de-medecine
Nicolas Marty, ici à droite.

Nicolas Marty est Professeur d’histoire économique et sociale contemporaine à l’université de Perpignan, doyen de la Faculté des Lettres et sciences Humaines de l’Université de Perpignan Via Domitia, secrétaire général et membre du comité directeur de l’Association Française d’Histoire Economique, coordinateur du comité scientifique « Train Jaune » Parc Naturel Régional des Pyrénées Catalanes, directeur adjoint des Presses Universitaires de Perpignan et directeur adjoint du CRHiSM EA 2984 UPVD.

L’Académie Nationale de Médecine a rendu public les prix 2014 le 16 décembre dernier. Le Professeur Nicolas Marty a été récompensé dans la catégorie Prix Général pour ses travaux sur l’histoire de la régulation des marchés des eaux embouteillées. Ses travaux ont été menés dans le cadre du CRHiSM EA 2984 UPVD avec deux programmes financés dont l’UPVD était le partenaire : le programme ANR ECA 1850-2000 coordonné par le Pr. Marc de Ferrière le Vayer (Université de Tours) et le Programme EUWOL (European Ways of life in the XXthe Century), coordonné par le Pr. Ruth Oldenziel (Technische Universiteit Eindohven TU/e). Sous l’appellation eau minérale ou eau de source, l’eau en bouteille est aujourd’hui un produit emblématique de la société de consommation, mondiale et globalisée. Sa consommation, initiée en Europe, s’est étendue au reste du monde depuis la fin des années 1980.

Nicolas Marty montre comment ce produit s’est littéralement « construit » et imposé en Europe depuis le milieu du XIXe siècle. L’analyse ne s’est pas bornée à décrire les techniques industrielles et commerciales, les entreprises qui les mettent en oeuvre et les consommateurs qui achètent ce produit. L’auteur interroge surtout l’histoire de l’eau en bouteille par le biais de l’articulation entre normes et marchés dans six pays européens : l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, l’Italie, la France et le Royaume-Uni. Dans une démarche comparatiste, il analyse comment s’interpénètrent les logiques marchandes et non marchandes, en suivant au plus près les institutions et les acteurs, producteurs et consommateurs, ainsi que la grande diversité d’experts (ingénieurs, pharmaciens, médecins, chimistes) engagés dans la mise sur le marché de ce produit.

Au final, ce travail permet de comprendre comment le produit que nous consommons tous les jours ne s’est pas « naturellement » imposé mais est le résultat d’un processus complexe dans lequel les jeux d’acteurs et d’institutions doivent se comprendre dans des contextes situés. Pour la catégorie eau minérale, c’est le système de régulation que l’auteur qualifie de «latin» (rapprochant France, Italie et Espagne) nécessitant une véritable autorisation de mise sur le marché après avis d’une autorité en matière de santé publique qui l’a emporté dans la convergence globale des normes en Europe sur les versions moins contraignantes de régulation du marché. Ce dispositif est essentiel pour comprendre la construction de la confiance autour de ce type de produits. La norme européenne est désormais devenue norme mondiale reconnue par l’Organisation Mondiale du Commerce. L’ouvrage qui réuni l’ensemble des données a été publié chez Peter Lang en 2014 et le prix a été parrainé par la Société des eaux minérales d’Evian les Bains. La remise des prix s’est faite en séance plénière à l’Académie, au 16 rue Bonaparte à Paris, le 16 décembre 2014. Ce prix confère le titre de Lauréat de l’Académie nationale de médecine. Pour en savoir plus sur l’Académie de médecine, cf. http://www.academie-medecine.fr.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.