Ne jamais oublier « La Retirada » et toujours s’inspirer de « La Nueve »…

ne-jamais-oublier-la-retirada-et-toujours-sinspirer-de-la-nueve

Olivier Amiel, adjoint au maire de Perpignan, nous communique sous le titre « Ne jamais oublier « La Retirada » et toujours s’inspirer de « La Nueve » », avec prière d’insérer :

« Petit-fils d’un capitaine de l’armée républicaine espagnole j’apprécie la venue du Premier Ministre Pedro Sanchez le 24 février à Collioure sur la tombe d’Antonio Machado dans le cadre d’une visite officielle en France cette semaine pour la commémoration des 80 ans de La Retirada.

Je ne fais pas partie de ceux qui accablent les habitants des Pyrénées-Orientales pour un mauvais accueil des réfugiés en février 1939. Il est primordial de rappeler qu’il s’agissait d’une décision nationale et que le département a dû accueillir en urgence le double de sa population dans les conditions de vie et avec les moyens de l’époque.

Je veux surtout retenir la suite de l’Histoire. Comme bien d’autres, mon grand-père espagnol a rejoint l’armée française en Afrique du Nord pendant la seconde guerre mondiale. Engagés aux côtés de la France Libre, de nombreux républicains espagnols ont souhaité ainsi continuer le combat contre le fascisme et contre l’ennemi nazi qui était venu prêter main forte à Franco pendant la guerre civile espagnole.

Le plus beau legs de ces républicains espagnols reste bien entendu l’aventure héroïque de « La Nueve » cette compagnie de la 2e DB du Général Leclerc qui a participé au débarquement en France et qui est rentré la première dans Paris à sa libération.

C’est ainsi qu’en tête de cortège avec le Général de Gaulle le 26 août 1944 sur les Champs Elysées on retrouve ces soldats et leurs blindés au nom de batailles de la guerre civile espagnole « Teruel », « Guadalajara », « Madrid »… ils iront combattre jusqu’à Berchtesgaden au « Nid d’Aigle » d’Hitler.

Oubliés pendant longtemps de l’histoire officielle, ils n’ont été reconnus comme libérateurs de Paris qu’en 2004.

Si on commémore cette année La Retirada qui fut un déchirant exode, il ne faut pas arrêter l’Histoire à cet instant de tristesse et de peur, mais surtout se souvenir du courage et de la revanche qui ont suivi. Aujourd’hui dans une Europe troublée, n’oublions jamais La Retirada, mais inspirons nous encore et surtout du combat mené par « La Nueve » pour un idéal de liberté. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.