L’hypocrisie de Sanofi : Plutôt les dividendes que les postes!

1Sanof

Le peuple français s’est étonné de la prime de bienvenue du nouveau patron de SANOFI. Exorbitant est en effet le bon adjectif pour définir l’appât que l’on a tendu à Olivier Brandicourt pour l’attirer à la tête de cette entreprise. Une prime s’élevant à prés de 4 millions d’euros , sans compter un salaire mensuel élevé. le nouveau patron n’a plus qu’à poser les pieds sur la table.

La politique économique de la société quant à l’utilisation des profits n’a cessé de se détériorer ses dernières années au détriment de l’investissement/recherche et au profit  des actionnaires.

Le 03 mars dernier, sur France 2, se déroulait l’émission « Cash Investigation » dont le reportage a fait comprendre aux français qu’une entreprise telle que Sanofi(laboratoires pharmaceutiques) favorise fortement les actionnaires au détriment, bientôt, des employés.  « Cash Investigation »  traite en effet de la découverte d’un Dossier appelé « Dossier Phoenix ». Ce dernier détaille un plan de restructuration de la société à plus grande échelle et par la même occasion d’un plan de licenciement. Ainsi, SANOFI licencie mais trouve de plus en plus d’argent pour ses actionnaires.

Dans ce reportage, on évoque aussi un certain Emmanuel Macron qui raconte à qui veut l’entendre qu’il fait de cette affaire une préoccupation. En effet, il était là aussi pour témoigner et répondre à certaines questions.

Elise Lucet, présentatrice de l’émission, à réussi son pari quant à elle: le reportage à fait beaucoup d’audience et beaucoup de bruit aussi en politique.

Certains personnages politiques ont réagis et condamnés  ces grandes entreprises françaises qui privilégient les actionnaires en dépit des employés et SANOFI devient vite la risée des réseaux sociaux.

Malgré un phénomène de médiatisation relativement fort du projet de licenciement de SANOFI, l’entreprise n’a néanmoins pas l’air de changer ses positions. Emmanuel Macron,  quant à lui, paraît découvrir l’histoire du dossier Phoenix au grand jour en même temps que le reportage.

 

Si l’affaire paraît plus complexe qu’elle ne l’est dévoilé par ce reportage, il en ressort tout du moins une injustice et une hypocrisie face aux employés  de cette société.

C’est comme si on pouvait résumer la situation en une citation célèbre imagée : 

Pendant qu’Olivier Brandicourt  se tourne vers les actionnaires et dit : » Jusqu’ici, tout va bien … » , les employés, inquiets, pensent : » Oui, mais l’important c’est pas la chute, mais l’atterrissage… »

Atterrissage que la hiérarchie Interne de la société amortira de façon différenciée, on entend bien …


1323108_3_69ea_logo-du-groupe-pharmaceutique-sanofi-aventis

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.