Les légendes internationales passées par l’USAP

0
6
Usap : James Hook connaît parfaitement l’antre de Giral
James Hook connaît parfaitement l’antre de Giral

En cette période délicate, il fait bon de se remémorer quelques bons souvenirs. Les supporters catalans se souviennent forcément des joueurs qui les ont fait vibrés lorsqu’ils portaient le maillot arlequin. Le rugby est comme les autres sports, en pause. Alors pourquoi ne pas se souvenir des joueurs étrangers ayant foulé la pelouse d’Aimé Giral ? Certains y ont laissé une empreinte indélébile tant elles sont aujourd’hui considérées comme des légendes du rugby. Retour sur ces Néo-Zélandais, Sud-Africains et autres à avoir les couleurs sang et or dans leur ADN rugbystique suite à des passages plus ou moins longs… 

Percy Montgomery

S’il est né en Namibie, Monty a de suite choisi de jouer pour le pays qui possédait anciennement l’enclave de Walvis Bay, à savoir l’Afrique du Sud. 

Après avoir débuté sa carrière internationale en 1997, alors qu’il jouait pour les Stormers du Cap, il a décidé de tenter l’expérience européenne en 2002 en rejoignant les Dragons de Newport, au Pays de Galles. La fédération sud-africaine autorisant alors la sélection de joueurs jouant à l’extérieur du pays, il put continuer de briller sous le maillot Springboks. 

Rentré à la maison avant la Coupe du Monde 2007 disputée en France, l’arrière des Natal Sharks fut un artisan majeur de la victoire du pays arc-en-ciel lors de cette compétition. Il est à l’heure actuelle, toujours le meilleur marqueur de l’histoire des Springboks avec 893 points inscrits une fois sa carrière internationale terminée en 2008. 

Monty avait l’art de manier le ballon

Après la Coupe du Monde remportée en France, il a posé ses bagages dans l’hexagone pour jouer au sein de l’USAP durant une saison. Si l’expérience sportive ne fut pas grandiose mais respectable, la star a amené beaucoup de monde au stade Aimé Giral. 

Il reste considéré à ce jour, comme l’un des meilleurs botteurs de l’histoire du jeu (gaucher), un plaqueur redoutable et un joueur d’une propreté incroyable. Il ne faisait quasiment jamais aucune faute à un poste où la moindre erreur peut se payer cash. 

Dan Carter

Il est une légende de ce sport, sûrement avec Jonah Lomu, celui qui laissera le plus longtemps sa marque dans ce sport. Son arrivée à l’USAP avait sonné comme un retentissement, d’autant plus qu’à l’époque, il abandonnait sa sélection nationale pour pouvoir le faire. Son niveau exceptionnel l’a suivi tout au long de sa carrière, même quelques années plus tard, lors de son retour en France. Icône planétaire, il fut même le rugbyman le mieux payé au monde durant de nombreuses années, non loin de compter parmi les sportifs les plus riches au monde. Bien que beaucoup d’attentes furent fréquemment placées en lui pour assurer son salaire mirobolant, Carter n’a jamais déçu. Toujours au top ! 

À Perpignan, une terrible blessure au tendon d’Achille le priva d’une saison quasi-complète. Très tristement, il dira au revoir aux Catalans après cinq matches joués mais avec une fierté immense et honnête d’avoir porté ces couleurs. 

James Hook

James Hook connaît parfaitement l’antre de Giral

À l’ouverture, au centre ou en 15, le Gallois a étalé toute sa classe durant son long passage à Perpignan. Il portera le maillot sang et or durant trois saisons avant de repartir au Royaume-Uni lors de la descente du club en Pro D2 en 2014, ayant pour ambition de disputer la Coupe du Monde 2015. Il le fera, étant rappelé par Warren Gatland en pleine compétition suite à la blessure de Scott Williams. 

En 68 matches avec l’USAP, il aura inscrit la bagatelle de 801 points et laissé une empreinte indélébile dans la qualité de jeu proposée. Ses courses tranchantes, sa justesse au pied et sa qualité de passe font de lui un des grands ouvreurs de la dernière décennie. 

Si Dan Carter a pu montrer toute l’étendue de son talent sur quelques matches, il est parmi les légendes citées, celle à avoir le mieux réussi au sein de l’USAP. Percy Montgomery étant en fin de carrière à l’époque, la comparaison entre les trois serait malencontreuse. Mais James Hook est indéniablement celui qui aura laissé l’héritage de joueur le plus important au sein du club. 

PHOTO

PHOTO

https://cdn.pixabay.com/photo/2017/07/20/12/57/rugby-2522306_960_720.jpg

https://cdn.pixabay.com/photo/2017/02/22/11/17/usap-2089194_960_720.jpg

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.