Les banques du département fortement mobilisées pendant la crise

0
9

Depuis le 17 mars et le début du confinement national, les banques du département se sont très fortement mobilisées pour soutenir le tissu économique départemental.

Le 6 mai, à l’initiative de l’agence de développement économique Pyrénées Méditerranée Invest, de la Communauté Urbaine de Perpignan Méditerranée Métropole et de la Chambre de Commerce et d’Industrie des P-O, une téléconférence organisée grâce à Pascal Amice, Président de la Fédération Bancaire Française des P-O, a rassemblé les grands directeurs des banques départementales, ainsi que la Banque de France et la Bpi.

Animée par Laurent Gauze, Président de Pyrénées Méditerranée Invest et Pascal Amice, Président de la Fédération Bancaire Française des P-O, en présence du Président de la Communauté Urbaine de Perpignan Méditerranée Métropole, Jean-Marc Pujol, et de Bernard Fourcade, Président de la Cci des P-O, cette téléconférence a permis un échange riche et complet sur la situation actuelle et les actions menées par les partenaires bancaires.

Cette téléconférence a permis de mettre en valeur l’effort colossal des banques qui se sont adaptées en un temps record à l’urgence de la situation mais qui ont également assuré une continuité physique grâce au maintien de la plupart des agences afin de maintenir l’activité économique de la région et de répondre aux besoins de chacun.

o Les fermetures d’agences ont été très limitées,
o L’accès aux agences a été organisé de façon à assurer la sécurité des salariés et des clients en respectant les mesures de distanciation,
o Les distributeurs bancaires ont fonctionné à quasiment 100%,
o Les banques se sont organisées pour assurer dans de bonnes conditions le versement des minima sociaux en avril en permettant aux clients ne disposant pas de carte bancaire d’accéder aux guichets, et ceci grâce à l’action efficace de la Banque de France et des transporteurs de fonds,
o Les demandes d’un grand nombre de clients sur leurs crédits, leur épargne et leur équipement bancaire ont été traitées avec une grande réactivité.

Dès le 16 mars, les banques ont assuré aussi pleinement leur rôle de soutien à l’économie avec la mise en place du mécanisme de report d’échéance pour les Crédits Moyen Terme et le prêt garanti par l’État (Pge) depuis le 25 mars. Le lancement de ce dispositif a été rendu possible par la mobilisation, dans des délais très réduits, de toutes les énergies des réseaux bancaires, pleinement engagés pour réussir le déploiement des prêts garantis par l’État, et par celle de Bpi France, qui a développé en 72 heures la plateforme nécessaire à la gestion la plus fluide possible de ce dispositif massif.

Les Banques ont pris en main leur mission d’injecter des fonds (300 MDS €) dans l’économie pour éviter tout blocage et permettre un déconfinement et une reprise d’activité dans les meilleures conditions. Elles ont en effet traité en 1 mois les demandes de prêts bancaires qu’elles font habituellement en 1 an. Le tout avec un personnel réduit, beaucoup de personnel en télétravail, des équipes éclatées pour raison de sécurité, bref avec toutes les contraintes liées à la crise sanitaire comme pour toutes les entreprises. Travail qui a d’ailleurs été fait « sans marge » par les banquiers du moins pour la partie trésorerie du Pge (pas de frais de dossier taux d’intérêt à 0…hors commission de l’état).

Les Banques ont travaillé de manière concertée, avec la Bpi, la Banque de France et les expert comptables pour délivrer à bon escient des Pge aux entreprises concernées et impactées directement par la crise sanitaire. En Occitanie : le montant moyen des Pge distribués s’élève à 128 K€. Pour les Tpe, il est de plus de 81 K€, ce qui est représentatif du soutien apporté par les banques à cette catégorie d’entreprises. Il a permis de soutenir des milliers d’entreprises sur le département pour des dizaines de millions d’euros.

Le taux de refus départemental est inférieur à 2% selon Aurore Markiewicz, Directrice Départementale de la Banque des France. Ces refus, décidés après un examen attentif, sont souvent simplement expliqués par le non éligibilité des dossiers aux critères mis en place par l’État. Les banques jouent un rôle capital de conseiller et de modérateur pour ne pas mettre en danger l’entreprise à moyen terme. « Oubliés » pendant cette crise, il est important de rappeler le rôle majeur des établissements bancaires en lien étroit avec la Banque de France, et qui sont restés ouverts durant la totalité de la période du confinement et qui ont avec leurs collaborateurs montré une mobilisation exemplaire, qu’il est important aujourd’hui de souligner pour leur témoigner toute la reconnaissance des acteurs économiques et institutionnels, qu’ils méritent, au même titre que les professions dites de première nécessité.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.