L’efficience énergétique et les énergies renouvelables, moteurs de changement pour construire une Eurorégion plus durable

L’efficience énergétique et les énergies renouvelables, moteurs de changement pour construire une Eurorégion plus durable

Une rencontre entre des représentants des gouvernements de Catalogne, des Iles Baléares et de la Région Occitanie contribue à définir les bases d’une coopération eurorégionale en matière de transition énergétique et développement durable. Les trois gouvernements se sont réunis pour le besoin de soutenir des politiques conjointes favorisant la transition énergétique et l’adoption des énergies renouvelables pour créer une Eurorégion plus durable. 

Aujourd’hui matin, au Palais Robert de Barcelone, a eu lieu la première journée de collaboration eurorégionale sur l’efficience énergétique et les énergies renouvelables. La journée a compté avec la participation de la vice-présidente en charge de la Transition écologique et énergétique de la Région Occitanie, Agnès Langevine ; le directeur de l’Institut Catalan de l’Energie, Manel Torrent ; et du directeur général d’Énergie et changement climatique du Gouvernement des Iles Baléares, Ferran Rosa.

Cette rencontre s’inscrit dans le troisième axe de travail des quatre décrits dans la Feuille de route 2018-2020 pour l’Eurorégion, qui parie sur la contribution au développement durable du territoire.

La vice-présidente de la Région Occitanie, Agnès Langevine, a indiqué qu’aussi bien la Région Occitanie, que la Catalogne et les Iles Baléares « partagent des objectifs ambitieux, comme celui de soutenir une transition écologique et énergétique. Il s’agit d’une tâche urgente. Nous devons cibler des actions très concrètes qui nous permettent de coopérer dans ce domaine, qui doit être un axe très fort ».

De même, Agnès Langevine a souligné que « la Région Occitanie veut devenir le premier territoire à énergie positive d’Europe. En d’autres mots, que toute la consommation finale d’énergie soit produite sur le territoire. Nous devons travailler pour avoir le soutien des citoyens et citoyennes. Actuellement, nous avons des difficultés quand il s’agit d’installer des projets de grandes dimensions ». Par ailleurs, « quant à l’efficience énergétique, trois axes sont prioritaires : la mobilité, la construction et la substitution de la machinerie industrielle. Nous devons convaincre les personnes pour qu’elles s’approprient le besoin de changer de modèle et relever les défis que nous nous sommes fixés. Cela implique un changement d’échelle, d’être capables d’impulser beaucoup d’actions individuelles et d’industrialiser la transition énergétique ».

A son tour, le directeur de l’Institut Catalan de l’Energie (ICAEN), Manel Torrent, a signalé que « la transition énergétique doit se faire de façon conjointe, parce que nous partageons les objectifs et défis fixés par l’UE. Cependant, le changement de modèle ne sera pas seulement fait par les élus, il faudra que les citoyens et citoyennes en soient co-responsables et que les entreprises puissent y faire du business en créant des emplois. Et c’est à nous de définir les règles du jeu pour que cela soit possible ».

Finalement, le directeur général d’Énergie et changement climatique des Iles Baléares, Ferran Rosa, a exprimé que « les Iles Baléares ont été pionnières grâce à la loi sur le changement climatique et la transition énergétique, qui incorpore des mesures courageuses pour rendre effective une transition énergétique réelle, avec un horizon d’énergie 100% propre en 2050 ».

D’après Ferran Rosa, « les changements imposés à la mobilité – avec des restrictions à l’entrée de véhicules diésel et à essence à partir de 2025 et 2035, respectivement –, comme le soutien (obligatoire, dans certains cas) des énergies renouvelables et la fermeture des centrales polluantes, structurent cette nouvelle législation, qui a suscité non seulement l’intérêt de la communauté internationale, mais aussi des pressions de la part de certains secteurs ». De même, Ferran Rosa a manifesté que « concernant la transition énergétique nous sommes en train de rendre effectif le mandat de l’UE d’après lequel les Baléares doivent être lance de fer. Nous croyons que notre expérience servira de miroir pour les autres régions ».

Pendant la rencontre, des problématiques communes aux trois territoires, comme la transition énergétique au sein de l’Eurorégion – avec ses axes de travail respectifs –, les possibilités de coopération dans le cadre de l’énergie et l’accès au financement européen ont été abordés.

Outre la réunion des trois gouvernements, a eu lieu une rencontre entre les clusters eurorégionaux avec des entreprises du secteur de l’efficience énergétique et des énergies renouvelables pour identifier des initiatives et projets, avec des tables rondes de débats.

L’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée

L’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée est un projet politique de coopération territoriale né en 2004 avec le soutien de l’Union Européenne. Actuellement, l’Eurorégion se compose de la Région Occitanie, de la Generalitat de Catalunya, et du Gouvernement des Iles Baléares qui en détient la présidence tournante depuis le mois de février 2019. L’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée a une nouvelle feuille de route pour la période 2018-2020 dont ses principaux objectifs sont :

· Agir avec et pour les citoyens du territoire

· Développer l’écosystème eurorégional de l’innovation

· Contribuer au développement durable du territoire

·  Approfondir l’identité eurorégionale.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.