Le témoignage poignant de la poétesse syrienne Maram Al Masri aux élèves du Lysée Jean Lurçat

0
268
Minna Sif et Maram al-Masri, main dans la main entourées des élèves de Lurçat.
Minna Sif et Maram al-Masri, main dans la main entourées des élèves de Lurçat.
Minna Sif et Maram al-Masri, main dans la main entourées des élèves de Lurçat.
Minna Sif et Maram al-Masri, main dans la main entourées des élèves de Lurçat.

Habitué à mener depuis longtemps une activité pédagogique en milieu scolaire, le CML (Centre Méditerranéen de Littérature) a profité de la remise des prix Méditerranée pour instaurer mercredi matin une nouvelle rencontre au Lycée Jean Lurçat.

Un échange entre Minna Sif, auteur de Massalia Blues et Maram al-Masri et les élèves d’’une première qui tant par la sincérité des auteurs que par la préparation des élèves a été l’’objet d’’un dialogue à deux voix aussi poignant qu’’enrichissant.

Maram al-Masri est née en Syrie en 1962, elle entreprend des études à Damas, avant de s’’exiler à Paris où elle connaît une situation difficile. Sa poésie, saluée par la critique des pays arabes et traduite dans de nombreuses langues, fait d’’elle une des grandes voix féminines du Moyen-Orient. Elle a publié aux Éditions Bruno Doucey, Par la Fontaine de ma bouche en 2011, La robe froissée en 2012 et Elle va nue la liberté en mai 2013.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.