Le coup de colère de Jean Rède « pour le maintien de l’activité de soins et des emplois au Centre héliomarin »

le-coup-de-colere-de-jean-rede-pour-le-maintien-de-lactivite-de-soins-et-des-emplois-au-centre-heliomarin

le-coup-de-colere-de-jean-rede-pour-le-maintien-de-lactivite-de-soins-et-des-emplois-au-centre-heliomarin

Face à l’arrêté du gouvernement socialiste qui a validé, fin novembre 2013, le transfert de certaines activités médico-sociales de Banyuls-sur-Mer et de Cerbère, vers le centre hospitalier de Perpignan, Jean Rède (UMP), maire de Banyuls-sur-Mer et ancien vice-président du Conseil général des P-O, a vivement réagi du haut de ses 81 ans, fustigeant « certains élus locaux qui sèment le trouble en distillant des contre-vérités (…) ».

Les propos du JR de la Côte Vermeille visaient notamment, sans le nommer directement, Pierre Aylagas (PS), maire d’Argelès-sur-Mer, président de la communauté de communes Albères/ Côte Vermeille, député de la 4ème circonscription : « Depuis plusieurs mois, je propose un grand terrain communal, un demi-hectare, afin de conforter la vocation du site du Centre héliomarin de Banyuls-sur-Mer. Tous mes courriers restent lettres mortes, et ce alors que la commune est force de proposition dans ce dossier ! Il est regrettable que certains, pour des visées purement électoralistes, tentent de manipuler la population… afin de faire oublier leur incapacité à défendre l’emploi de la Côte Vermeille auprès des instances parisiennes compétentes ? Je m’interroge. Ce n’est pas la division qui nous fera gagner sur ce difficile et complexe dossier, Monsieur le député, mais l’Union de tous pour la défense des intérêts de notre territoire. Je tenais ainsi à rétablir la vérité ».

Jean Rède déplore également d’avoir « été oublié » – ce qui explique son absence devant les photographes convoqués par le député… – par Pierre Aylagas, lors de l’organisation d’une conférence de presse sur le sujet en présence de (presque) tous les élus concernés de la Côte Vermeille et du Vallespir.

Lors de cette conférence de presse, Pierre Aylagas avait rejeté la faute de la situation sur la Droite, rappelant que « celle-ci était à l’origine du projet aujourd’hui validé, c’est la Droite et ses députés UMP alors au pouvoir qui ont voulu délocaliser les emplois du secteur de la Santé en Côte Vermeille et dans le Vallespir (…). Aujourd’hui, pour faire face à cette situation, pour préserver les emplois et défendre d’une manière générale le secteur de la Santé dans la 4ème circonscription des P-O, la Gauche se bat, elle propose toute une série de compensations, notamment sur les communes d’Arles-sur-Tech, Banyuls-sur-Mer et Port-Vendres (…) ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.