Le bilan de Fabrice Lorente, président de l’UPVD de 2012 à 2019

lancement-de-bibliotheque-numerique-patrimoniale-de-lupvd-estudi-perpinya-1350

Le 6 mai dernier, Fabrice Lorente annonçait à la communauté universitaire sa décision de mettre fin par anticipation à son mandat de président de l’université de Perpignan. Il quittera également ses fonctions de président de la Fondation UPVD. Celui qui fut le plus jeune président d’université de France et le seul président de l’université de Perpignan à effectuer deux mandats, rejoint le corps des inspecteurs généraux de l’administration, de l’éducation nationale et de la recherche à compter du 1er juin 2019.

L’ouverture aura été sans aucun doute le leit motiv de l’action de Fabrice Lorente à la tête de l’université de Perpignan. Durant ces 12 années passées à la présidence, il aura œuvré avec conviction au rapprochement de l’université et de son territoire, au rapprochement de l’université et du monde de l’entreprise et plus récemment à l’ouverture de l’université à l’innovation.

A travers son action, Fabrice Lorente a su offrir à celle qui souffrait depuis longtemps du statut d’université par défaut, une place et une reconnaissance sur son territoire. L’université de Perpignan est aujourd’hui légitimée dans son rôle d’acteur économique majeur du département.

Les restructurations opérées par Fabrice Lorente et son équipe ont offert à l’UPVD plus de cohérence et une meilleure visibilité. Dans les P.O., nul n’ignore aujourd’hui l’existence de l’université de Perpignan. Elle dispose d’une formation et d’une recherche de qualité, spécialisées, et sait le faire savoir.

Les prochaines élections sont fixées au 28 juin 2019.

Pur en savoir plus sur le parcours de Fabrice Lorente à l’Université de Perpignan : Le bilan de Fabrice Lorente, président de l’UPVD de 2012 à 2019

Conférence bilan en DIRECT de l’Université de Perpignan

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.