La mission d’exploration subaquatique à l’étang du Lanoux a eu lieu du 17 au 21 septembre 2018

Les membres de l’équipe « Lanoux exploration diving » au départ d’Angoustrine-Villeneuve les Escaldes

C’est à la mairie d’ Angoustrines-Villeneuve les Escaldes que madame le maire, Hélène Josende, a accueilli l’équipe « Lanoux exploration diving » pour une présentation aux élus, aux représentants de la fédération de pêche et à la presse locale, du matériel qui sera utilisé au cours de la mission

Laurent, médecin coordonnateur du projet et Christophe, responsable des plongées de l’expédition ont présenté la mission

L’idée de départ de l’association « Hydrosphère explo » était de tenter d’établir un exploit sportif en plongée d’altitude avec au moins une plongée profonde de l’ordre de 80 m. On recense des plongées à haute altitude (sup 2500) ou très haute altitude (sup 3500) toutefois les profondeurs restent moindres. Par exemple, une mission récente sur l’Himalaya n’a pas dépassé 30 m de profondeur car l’altitude créée un milieu hypobare qui rend obsolète les standards de procédure de plongée connue du grand public

Tout naturellement donc, l’idée d’associer à cette mission un suivi physiologique avec en particulier une étude sur la thermorégulation en plongée s’est imposée. Elle est réalisée par le laboratoire européen performance santé altitude de Font-Romeu

La mission scientifique a eu pour objectif, une observation de l’écosystème
méconnu de l’étang notamment sur les poissons ainsi que sur la faune fixée avec une attention particulière portée sur les éponges

Enfin, c’est en partenariat avec l’Université de Perpignan (UPVD), le CNRS (Centre national de la recherche scientifique), le CEFREM (Centre de formation et de recherche sur les environnements méditerranéens), la COMBIO 66 (Commission environnement et biologie subaquatique des Pyrénées-Orientales) et le club de plongée TechOfPlongée de Port-Vendres que les différentes missions scientifiques et sportives ont été réalisées

Après avoir reçu l’autorisation exceptionnelle de plonger dans l’étang du Lanoux de la part du groupement d’exploitation d’EDF Aude-Ariège, de la direction régionale de l’environnement de l’aménagement et du logement ainsi que du Parc naturel régional des Pyrénées catalanes, l’équipe conditionne tôt le matin du 17 septembre les presque 1500 kg de matériel plus le bateau Zodiac Milpro qui vont être hélitreuillés par la société Héli Béarn vers la gare d’arrivée de l’ancien téléphérique au pied du barrage, mis à disposition par EDF

Yann, de la société Zodiac Milpro, précise à Christophe les points importants à respecter concernant l’hélitreuillage

Et c’est parti pour le bateau

Puis, Philippe le pilote et Eric le mécanicien ont transporté le reste du matériel que l’équipe avait conditionné dans des « big bag »

Il est toujours impressionnant de voir ces charges s’envoler

Puis c’est au tour de l’équipe de monter au barrage à 2213 m d’altitude : 2 heures de randonnées dans un cadre magnifique

Le barrage est en vue

Le camp est installé au pied du barrage

Alain en a profité pour installer une antenne décamétrique afin de réaliser des contacts avec d’autres radioamateurs

Christophe et Benoît, le cuisinier de la mission, en pleine action

Christophe, photographe du magazine Terres Catalanes qui a suivi l’ensemble de l’expédition

Christine et Florence ont assuré le suivi physiologique des plongeurs. Elles les ont équipés  de capteurs qui enregistraient en permanence la fréquence cardiaque, la durée du sommeil, la température interne ainsi que d’autres paramètres

La capacité ventilatoire était également étroitement mesurée avant et après plongée. Ici, Jean-Luc, le binôme de Christophe en plongée profonde, se plie à l’exercice

Avant toute plongée, l’équipe a réalisée une étude bathymétrique ainsi que des sondages afin de confirmer les zones prévues d’immersion

Gael, médecin hyperbare, a supervisé les plongées et assuré la sécurité et la veille médicale en plongée. Il est ici en compagnie de Benoît notre cuisinier tout de rouge vêtu

Après une nuit de repos, le matériel et l’équipe étaient prêts pour les premières plongées qui se sont enchaînées jusqu’au jeudi 20 septembre après-midi

La météo était au beau fixe, Jean-Luc et Christophe sont donc partis pour la première plongée profonde

Ils atteindront 77 m pour cette première tentative puis 79 m par la suite. Ils deviennent donc les plongeurs les plus profonds à cette altitude, un réel exploit sportif

Christophe et Jean-Luc avec une partie du matériel qui leur a permis de réaliser les plongées profondes

Les plongeurs scientifiques se sont immergés ensuite pour effectuer les premières observations

De nombreux hydraires colonisent les rochers immergés dans les 15 premiers mètres d’eau. Sur la photo, il pourrait s’agir d’Hydra oligactis qui est un organisme commun trouvé dans les eaux calmes du début du printemps jusqu’à la fin de l’automne

Ici des hydraires colonisent les aiguilles d’une branche de conifère tombée dans l’eau

Une truitelle se cache sous un rocher

Une éponge d’eau douce, Spongilla lacustris. Cet animal est extrêmement fragile et se déchire à la moindre manipulation. A l’automne, l’éponge produit des gemmules, parfaitement rondes, habituellement orangées, ce qui lui permet de résister aux hivers rigoureux

« Les observations réalisées au cours de ces plongées exceptionnelles nous ont permis de cerner un peu mieux la biodiversité de ce magnifique étang » nous ont confié l’équipe bio ici à la sortie de leur dernière exploration, (de gad), Jonathan, Gilles, Alain et Philippe

A tous les repas, Benoît nous a régalé de sa cuisine généreuse de terroir et pour le dernier soir, il nous a préparé la traditionnelle cargolade

Crapaud, la mascotte de l’équipe, en pleine action

Mission terminée le vendredi 21 septembre. Le matériel est conditionné pour l’hélitreuillage de retour

Sans oublier le bateau

Christophe nous a confiés : « Jean-Luc et moi avons réalisé 3 plongées a 2202M d’altitude (précision ) en 3 jours en CCR submatix 77M, 79M, 76M…a la recherche des 82 m annoncés par le sondeur du bateau.
Apres plus de 2 mois de simulation de plongées ,d’entrainement , de choix de gaz et de planification. Un ENORME merci à Jean-François André qui m’a apporté toute sa connaissance technique sur nos machines.
Merci à Halcyon Europe pour le matériel , les partages et le test de la focus qui est à mon sens la lampe la plus polyvalente que j’ai essayée à ce jour. 
Nos ccr submatix SMS 100 et QUANTUM étaient couplés à des petrels ext de Shearwater Research en redondance.
Une ambiance lunaire régnait dans les profondeurs du lac ,une eau a 3 degrés sur la dernière plongée et une visibilité parfois extraordinaire …
Un privilège de plonger dans ce lac où, je pense, nous sommes les premiers à en avoir touché le fond« 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.