Institut Jean Vigo : projection du film « La Chambre Obscure » de Marie-Christine Questerbert

Au XIVe siècle, Aliénor parvient, au péril de sa vie, à soigner le roi de France. En récompense, elle demande au souverain de la marier avec Bertrand de Roussillon qu’elle aime depuis son enfance. Mais celui-ci refuse de consommer le mariage et déserte le domicile conjugal…

La cinéaste dispose chaque élément comme autant de miniatures, stylisées à l’extrême. Les décors aplatis, les couleurs hyperréalistes fabriquent une sensation d’abstraction dans laquelle les personnes gurent plus qu’ils ne vivent pour rendre compte d’un état psychique féminin à la fois métaphysique et charnel. Le travail sur les décors est ici primordial, étonnant mélange de carton-pâte ou de toile peinte et d’éléments réalistes : vrais animaux, superbes costumes dont le poids détermine les mouvements des acteurs. On pense bien sûr au Perceval de Rohmer, mais aussi à Paradjanov et bien sûr au Pasolini du Décaméron, Bocacce oblige. Certaines scènes sont filmées en pleine nature sans que le spectateur ait la sensation d’une rupture de ton, preuve qu’un univers parfaitement cohérent a su être créé. Un univers merveilleux et en même temps bien réel où l’espace est régi par des lois déroutantes, celles de peinture du Trecento justement.

Sc. : Marie-Christine Questerbert d’après un conte du Decameron de Boccace Image : Emmanuel Machuel
Int : Caroline Ducey, Melvil Poupaud, Mathieu Demy, Sylvie Testud, Jackie Berroyer…

Copie issue des collections de l’Institut Jean Vigo de Perpignan

A l’occasion de la parution du livre Le Moyen Âge au Cinéma de François Amy de La Bretèque. 

18 h – CINÉ-CONFÉRENCE

Le Moyen Âge à travers l’histoire du cinéma : lieu d’expérimentation esthétique et moyen indirect d’expression sur le monde actuel par François Amy de La Bretèque

Mardi 16 février à 19h10

La Chambre Obscure

Marie-Christine QUESTERBERT, France, 2000, 1h47

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.