Ille-sur-Têt : Jean Vodaine expose ses gravures…

ille-sur-tet-jean-vodaine-expose-ses-gravures

ille-sur-tet-jean-vodaine-expose-ses-gravures

Exposition des gravures de Jean Vodaine 

Exposition possible grâce à la complicité de Louis Arti qui chantera le 20 septembre dans la galerie pour terminer la saison 2014.

Lorsqu’en 1924 il arrive en Moselle, Jean Vodaine se nomme Frédéric Vladimir Kaucic. Titulaire d’un CAP de cordonnier en 1938, il exercera toutes sortes de métiers (manœuvre aux hauts-fourneaux de Thionville, ouvrier électricien, comptable de chantier, ou aide-métreur à Alsthom), parallèlement à ses activités littéraires et artistiques. Il ne revêtira le pseudonyme qu’en 1947 à l’occasion de la publication de son premier recueil de poèmes, Rose et noir. Année doublement décisive, 1947 voit le poète acquérir une presse à bras sur les conseils de Pierre Boujut. Installé à Montpellier puis en Lorraine, Vodaine a publié depuis la plupart des tenants de l’art brut (Jules Mougin, Chaissac,Jakovsky, Dubuffet, Queneau) mais aussi Norge, Franz Hellens, Ben, Joseph Delteil ou Roger Rabiniaux.

Le nom de Jean Vodaine reste attaché à l’expérience de « Dire », revue typographique et poétique qu’il lance en 1962 (avec Edmond Dune et Adrien Printz) après Poésie avec nous (1949-1950), Courrier de poésie (1951-1954), La Tour aux puces (1958-1961).

Avec la collaboration de Frédéric Jacques Temple, Adrien Printz, Arthur Praillet, Jean Le Mauve, Alain Clément, Edmond Dune ou Jean-Paul Michel, « Dire » fut jusqu’en 1984 le lieu d’expérimentations typographiques telles que le mélange de police de caractères ou les forts encrages et foulages. Liées souvent au manque de moyens, ces pratiques témoignent également de l’imagination de l’autodidacte Vodaine qui établit des combinaisons de papiers rudimentaires et de formats insolites (« poèmes-affiches ») ou renouvelle à partir de 1955 le typogramme dadaïste après une rencontre avec Tristan Tzara. Sa revue, publiée jusqu’en 1984, avait rencontré un écho international en dépit de son tirage limité : ses sommaires se sont enorgueillis des noms de Léopold Sédar Senghor, Ernest Hemingway, Allen Ginsberg ou Henry Miller. En 1987, Jean Vodaine fut le premier Français couronné par le prix allemand de typographie Victor Otto Stomps (de) (Musée Gutenberg).

ille-sur-tet-jean-vodaine-expose-ses-gravures

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.