Guillaume Auzan est arbitre de rugby ! Pourquoi pas vous ?

Nous avons rencontré Guillaume Auzan, arbitre français, qui revient sur sa vocation et évoque le manque d’arbitres dans le XIII français.

Guillaume peux-tu te présenter en quelques mots ?

« Je m’appelle Guillaume Auzan, j’ai 19 ans et je suis né à Perpignan. Dès l’âge de 6 ans et jusqu’à mes 16 ans j’ai intégré le club de « l’Usap » puis par la suite je suis parti jouer dans le club de « Baho XIII » où j’y ai passé trois saisons. »

Comment es-tu devenu arbitre ?

« Ayant suivi un parcours dans le milieu rugbystique, je me suis inscrit à la Ffr XIII. C’est ainsi, qu’un responsable m’a contacté afin de passer des tests physiques et écrits. À partir de là j’ai commencé à arbitrer quelques matchs. »

À XIII il y a un manque d’arbitres, comment l’expliques-tu ?

« D’après moi, il y a un manque d’arbitres. Généralement, les personnes s’intéressent peu à l’arbitrage car c’est une passion qui prend du temps sur le temps libre. De plus il y a énormément de responsabilités en jeu : certains supporters ou joueurs peuvent se montrer agressifs. Les arbitres peuvent ressentir de la pression ou recevoir des injures de la part du public.
Aussi, « les médias » transmettent sur les réseaux des informations négatives au sujet de l’arbitrage et parlent rarement du bon côté du métier. Il faudrait valoriser davantage l’arbitrage pour justement inciter les personnes à se tourner vers ce sport. Les médias jouent donc un rôle très essentiel pour moi. »

Qu’aurais-tu envie de dire à des personnes pour les tenter à devenir arbitre ?

« Qu’ils n’hésitent pas car c’est un sport qui en vaut la peine, c’est un sport à part-entière qui forme des hommes, qui nous donne beaucoup d’émotions, d’opportunités et qui permet de se sentir utile.
L’arbitrage est très passionnant, il apprend les valeurs de la vie comme l’ordre, le respect, la discipline et permet d’avoir une valeur financière à la fin de chaque match. Cela peut nous amener à créer des liens entre arbitres et joueurs et nous permet d’être toujours performants physiquement.
Pour ma part le fait d’avoir arbitré dans un stade de Super League comme Gilbert Brutus ou un match France-Angleterre dans ma vie a été une grande fierté. »

Pour toi quelles sont les trois qualités principales pour arbitrer ?

« 1) Avoir le sens de médiation
2) Être maître de soi
3) Exercer des responsabilités. »

INSCRIVEZ-VOUS POUR RECEVOIR GRATUITEMENT LE JOURNAL CATALAN :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.