Estagel/ Compteur Linky : la CGT mobilise

L'union locale CGT à l'initiative de la rencontre.


Après avoir fait signer une pétition courant 2018 sur la place du marché du village, l’union locale CGT récidive, en appelant à une réunion d’information ce vendredi 15 novembre à la salle Arago. Les participants sont surtout venus des villages environnants.

Après l’intervention des responsables, pour souhaiter la bienvenue et remercier l’assistance tout en situant le problème Linky, la parole était donnée à un responsable de l’association crée sur ce sujet à Rivesaltes, et invité pour l’occasion. 

Dans quelle société voulons-nous vivre ?

Les explications apportées ont bien montré que ce système ne favorisait en fait que la course aux profits pour les actionnaires, alors que les investissements seront supportés par les usagers. Il en est ainsi des barrages produisant de l’électricité, dont le gouvernement veut donner la gestion à des entreprises privées. 
De part sa conception, il est aussi le gage, toujours pour les actionnaires, de la suppression de milliers d’emplois. En fait, tout ce qu’il ne faut pas faire, pour sortir le pays du marasme du chômage qui impacte des milliers de familles dans notre pays. Plus particulièrement encore notre village, avec pratiquement 20 % de chômeurs au dernier recensement. (158 demandeurs d’emplois inscrits). 
Mais le compteur Linky, pourrait devenir également, le cheval de Troie de la grande distribution. Elle pourra éventuellement récolter des informations pour s’adresser aux consommateurs en pouvant ainsi, mieux définir leurs besoins.
Dans le sens de cette mine d’informations possibles, et suivant les dirigeants en place dans le pays, il pourra, dans le même alignement, devenir un service de renseignement inépuisable mis à la disposition des gouvernants. 
L’association de Rivesaltes, devait lors de cette soirée, faire visionner un reportage relatant tous les vices cachés de cet outil informatique qu’est le Linky.
Alors oui, la question est posée : « Dans quelle société voulons-nous vivre. Quelle société voulons-nous laisser aux générations futures ».

Une vidéo explicative



Que faire ?

Si le travail organisé par le syndicat CGT ne peut être que bénéfique pour l’information indispensable, il n’en reste pas moins que tous ces derniers jours, les fourgonnettes Enedis parcourent inlassablement notre campagne pour poser les compteurs Linky. 
Alors que faire ? 
Certes, la proposition d’envoyer des courriers individuels pour refuser la pose des compteurs est un moyen. (Les exemples de lettres peuvent être récupérés auprès des responsables syndicaux.) L’action individuelle, c’est bien. Mais l’action collective, c’est mieux pensons-nous. Cette dernière demande à être organisée. Pourquoi ne pas poser le problème du barrage sur l’Agly, dont la turbine installée, d’après nos renseignements, est en sommeil ? 

Une assistance conséquent venue surtout des villages environnants


Dans la démarche de résistance contre ces attaques, l’union locale CGT a fait parvenir aux Maires de son terrain d’action, une pétition. Elle demande aux Conseils municipaux de s’élever contre cette mise devant le fait accompli. Seule la commune d’Estagel a souscrit à cette démarche ce dont nous nous félicitons. La délibération a été rejetée par le Préfet, devait-il être précisé. Si l’action recherchée reste à ce niveau, le remède risque d’être pire que le mal. En effet, cette initiative avortée, peut renforcer le raisonnement : « il n’y a rien à faire », ce qui serait un vrai désastre pour la mobilisation de la population qui est pourtant indispensable. Il n’y rien de plus terrible que le sentiment d’impuissance. Le Conseil municipal ne peut en rester là, s’il souhaite vraiment s’inscrire dans la volonté de refuser le compteur Linky. Ce qu’il aurait peut-être pu faire, lors de la construction des derniers appartements HLM, où les compteurs ont été installés.
À moins, que la démarche de faire parvenir une délibération à Monsieur le Préfet, ne soit que pur électoralisme, en cette période prè-municipale ? Chacun s’accordera à dire, qu’une telle initiative, est vouée à l’échec dès sa mise en forme, si elle n’est pas fortement appuyée par la mobilisation de la population. Mais elle peut servir aussi, à dédouaner les élus qui pourront toujours dire : « Nous avons fait ».
Nous en saurons d’avantage dans la prochaine période, car la pose des compteurs, pensons-nous, va s’accélérer.

Joseph Jourda


1 COMMENTAIRE

  1. De la part du collectif stoplinky66 : la première démarche que peut faire une mairie, c’est déjà s’opposer au déploiement des linkys dans ses propres bâtiments, comme tout abonné a le droit de la faire. La seconde, tenir des modèles de courriers de refus à la mairie, et distribuer des autocollants à mettre sur les boites aux lettres, pour la « contagion ». Plus d’info à : stoplinky66@gmail.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.