Estagel/ « Commende Major de Rossello » : dix nouvelles intronisations

La photo de famille de la Commende Majeure de Roussillon devant le caveau des "Vignerons des Côtes d'Agly"

C’était le 180 e chapitre.Dix nouveaux récipiendaires dont deux femmes, à la Commende Majeure de Roussillon.Elle compte aujourd’hui 190 membres dont une vingtaine de femmes.Cette cérémonie pleine de sérieux et dans le même temps, emplie de convivialité, se déroulait ce lundi 8 avril 2019 à 18 h, au caveau des « Vignerons des Côtes d’Agly ».

Porter le devoir de la vigne et du vin est le sens large de la démarche de la Commende Majeure. Des hommes et des femmes de conviction, qui portent haut leur territoire des Pyrénées-Orientales en France, mais aussi partout en Europe. Nous sommes loin de l’aspect folklorique souvent décrié.

Une soirée dédiée à Jean-Marie Serre

C’est le Grand Maître, Jean Claude Estirach, qui devait rendre ainsi hommage à Jean-Marie Serre dernièrement disparu. À la suite d’un énoncé aussi bref que prestigieux, de l’engagement de Jean-Marie Serre, place devait être faite à la cérémonie d’intronisation.

Le Grand Maître, Jean-Claude Estirach, intronisant Sèverine Bourrier du « Château de l’Ou » à Montescot


C’est Jean-Pierre Ramoneda, ancien conseiller agricole dans notre secteur de la vallée de l’Agly et ancien directeur de la Chambre d’Agriculture, qui devait donner le départ de la cérémonie.
Il devait le faire, en rappelant les origines de la « Commenda Major de Rossello », intimement liées au royaume de Majorque.

Jean-Pierre Ramoneda dans son rôle de parrain


Par la suite, tous les parrains des futurs intronisés, devaient vanter les mérites de chaque futur récipiendaire, en montrant toutes les lettres de noblesse acquises par chacun sous diverses formes. Une chose, cependant, est certaine. Tous, dans les secteurs d’activité qui sont les leurs, chacun avec sa pensée, sa façon de faire, sont incontestablement des personnes de mérite, fortement impliquées dans la vigne et le vin aujourd’hui, mais aussi pour l’avenir du monde vigneron dans notre département. Ainsi, par l’intermédiaire de la Commende Majeure, ce sont des siècles de fidélité envers un peuple vigneron, son courage face à l’adversité qui sont célébrés. C’est son travail inlassable, pour avoir un revenu digne de ce nom, avec un produit noble, le vin, qui est ainsi célébré à chaque chapitre, Entendez par là, à chaque cérémonie. Un grand merci donc à la Commende Majeure, d’être celle qui porte cette flamme. Il est à noter à cette cérémonie, la présence Jean Pallure nouveau président du Crédit Agricole Ariège-Pyrénées Orientales. Michel Bénassis, l’ancien président était également présent. Cela méritait bien quelques conciliabules en toute amitié.

L’ancien et le nouveau au Crédit Agricole. A gauche, Michel Bénassis. A droite Jean Pallure.



Franck Galangau, nouvel intronisé

Les neuf autres récipiendaires voudront bien nous excuser de faire une petite parenthèse pour Franck. Cela n’enlève en rien à leur mérite. Bien au contraire. Par son intermédiaire, ce sont tous les nouveaux promus à qui nous voulons témoigner toute notre estime, notre reconnaissance.
Franck, c’est le directeur plein de sollicitude, près à prendre en compte toutes les réflexions, toutes les attentes des coopérateurs. Il est aussi celui que tout le monde aime rencontrer, faire un brin de causette avec lui, même si ce n’est que pour parler de la pluie et du beau temps. Il est vrai qu’il préfère parler du rugby à XIII. 

Franck Galangau, directeur des « Vignerons des Côtes d’Agly », un des nouveaux intronisés à la Commende Majeure

Franck, c’est aussi le personnage soucieux, que nous rencontrons dans les couloirs de la cave pendant les vendanges, période de l’année toujours difficile. Inutile de dire, que ce moment important, n’est jamais sans le laisser imperturbable. Sa grande expérience fait que tous les problèmes sont résolus de la meilleure façon, toujours dans l’intérêt de la cave et des coopérateurs. Mais ces moments intenses ne se limitent pas aux seules vendanges. C’est tout au long de l’année, que le calme légendaire de Franck, apporte son imperturbable quiétude et tranquillité. Ce qui ne veut surtout pas dire, que Franck dort toujours comme un bien heureux.
C’est Francis Bonnet, président des « Vignerons des Côtes d’Agly », qui devait parrainer Franck pour son intronisation. Il devait ainsi rappeler le parcours universitaire de Franck, mais aussi celui à l’intérieur même de la profession. 

Francis Bonnet, demandant l’intronisation de Franck Galangau au Grand Maître, Jean-Claude Estirach

Rappelant les difficultés rencontrées en particulier à cause des petits rendements, il devait montrer la maîtrise de Franck pour assurer un revenu, le plus conséquent possible, à tous les coopérateurs. Chose toujours compliquée et parfois contestée, il est vrai. Francis devait également rappeler l’investissement de Franck pour aller vers la production bio. Pour montrer les efforts consentis, il devait mettre en avant la cuvée sans sulfite issue de la vendange 2018. 

La cuvée sans sulfite : « Ca sulfit’maintenant »

Toutefois, une chose est essentielle, nous semble-t-il. Garder l’espoir, mettre en avant les choses positives, sans faire l’impasse sur celles qui le sont moins. C’est un gage de marche en avant assuré.
La cérémonie devait se terminer devant un apéritif dînatoire de la meilleure tenue, ou les plus exigeants ont été satisfaits.
Il est à noter la présence à l’occasion de cette soirée, de Jean Pallure, nouveau président du Crédit agricole Ariège Pyrénées-Orientales. Michel Bénassis, l’ancien président, était également présent. Ils ont pu ainsi discourir en toute amitié. 

Les récipiendaires terminent l’intronisation par une dégustation au pourrou



Nous publions la liste des dix nouveaux récipiendaires :

Franck Galangau : cave d’Estagel
Thierry Cazach : cave de Maury
Serge Siffre : cave de Vinça
Frédéric Schram : cave d’Argeles
Karolin Wiltshko : Château Segala, Tautavel
Baptiste Bourrel : mas Peyre, St Paul de Fenouillet
Marc Pomarede : cave de Cabestany
Jean-Christophe Bourquin : cave de Cases de Pène
François Capdelayre : cave Don Brial, Baixas
Sèverine Bourrier : château de « l’Ou », Montescot

Joseph Jourda

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.