Estagel : 26e Dionysiade de l’Agly Fenouillèdes

Sur notre cliché, de gauche à droite : Jérôme Samazan et Olivier Thèpegnier

La Dionysiade de la vallée Agly-Verdouble :une fête des produits du terroir.C’est cette appellation que nous donnerons à la 26e manifestation de ce nom.Elle le mérite.
Olivier Thèpegnier, dernièrement promu maître sommelier, nous a invité à le suivre au travers de la fête. Nous avons répondu avec grand plaisir à son invitation. 

Olivier, un passionné
Nous avons déjà rencontré Olivier. Assurément, sa passion du vin, il sait la transmettre, la faire vivre, la partager, l’insuffler à qui veut prendre le temps de parler avec lui, de le suivre dans ses histoires. Car le vin, à l’écouter, devient une histoire vraie, construite avec des hommes, des femmes, des terroirs, des saveurs à découvrir au fil des dégustations.
Il était accompagné pour ces rencontres de Jérôme Samazan, pas moins passionné. Jérôme est également sommelier et instrumente son savoir dans un bar à vin à Perpignan, le « Jet Set » dans le quartier de la place de la République.
Olivier et Jérôme, deux sommeliers qui ont à cœur de vulgariser leur savoir au plus grand nombre. Pour suivre cette orientation, il faut être près des gens. Nous en témoignons, ils y sont.



Sur le marché, à la recherche des « accords mets et vins »
C’est ce que nos deux amis ont fait, en parcourant les allées du parking central transformé pour l’occasion en place du marché. Un grand nombre de producteurs se sont retrouvés sur ce lieu au centre du village, en ce dimanche 24 mars 2019. De l’artisan charcutier au producteur d’huile d’olive, en passant par l’éleveur, producteur de fromage de chèvre, sans oublier l’apiculteur, ses miels et ses abeilles aujourd’hui en grand danger.

Encore un accord parfait avec les produits d’un artisan charcutier


Bien évidemment, les vins étaient largement représentés. Par des caves coopératives, dont les Vignerons des Côtes d’Agly », mais aussi par la cave « Arnault de Villeneuve ». 

La cave des « Vignerons des Côtes d’Agly », une halte précieuse




La cave « Arnauld de Villeneuve » était présente pour la 26e Dionysiade

Des caves particulières étaient également présentes, soulignant ainsi l’aspect, que l’économie de notre vallée est un tout, que les différentes structures font partie intégrante d’un ensemble économique à encourager, à défendre, à aider. 

C’est ainsi, que René, caviste à la retraite, a pris le temps de déguster un vin qu’il ne connaissait pas. Celui du « Domaine Cachau Dubournais » d’Espira. Les cavistes, ne sont-ils pas aussi, quelque part, des sommeliers en puissance ?

Un caviste à la retraite dégustant un vin qu’il ne connaissait pas : le « Domaine Cachau Dubounais » d’Espira


D’autres haltes ont inspiré Olivier et Jérôme. Celle de « La bergerie du Moula » et ses fromages de chèvre. Celle aussi du « Domaine Mont-Noir » situé sur la commune de Montner. Nous dirons que tous les présents méritaient toute l’attention requise, tant leur passion est grande à chacun, de pratiquer leur métier avec cette volonté immodérée, de faire d’abord plaisir au consommateur.

C’est Yvette qui devait remporter la palme avec les rousquilles


Une halte obligée au « Domaine Mont-Noir de Montner



L’atelier d’initiation à la dégustation
Sous la responsabilité de Gérard Lupiac, cet atelier à connu un franc succès. La salle réservée à cet effet, c’est vite révélée trop étroite. Un encouragement certain pour la profession, car cela prouve, d’une manière éclatante, que le vin est en train de retrouver tous ses titres de noblesse. Les partenaires associés à cette Dionysiade, le Conseil Interprofessionnel des vins du Roussillon et l’association des Toques Blanches du Roussillon, ainsi que Perpignan, Ville Européenne du Vin pour l’année 2019, peuvent être rassurés. Leurs efforts ne sont pas vains. 
Plus tard dans la journée, les vignerons devaient être mis en relation avec divers producteurs de produits locaux, ceci dans le but d’apprécier les « accords mets et vins ».

L’atelier d’initiation à la dégustation a fait le plein


Il est à noter, que la journée a été endiablée par la présence du groupe musical « Les Cargols de Bompas » dont les origines remontent à l’année 1948. C’est dire que l’expérience musicale de ces musiciens, a montré à merveille, le lien existant entre toute les richesse de notre vallée, de notre terroir.

Le groupe musical « Les cargols de Bompas »


De telles initiatives sont à renouveler plus souvent pensons nous. Elles montrent la détermination de toute une population à vouloir vivre sur notre territoire. De toutes les professions impliquées, à vouloir vivre du fruit de leur travail.
À bientôt donc ! C’est notre vœu le plus cher.

Joseph Jourda



« La bergerie du Moula » et ses fromages de chèvre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.