Équilibre 66 : Une association de bienfaiteurs

0
691
Joëlle Esteve, Directrice Bénévole de l'association

Créée en 2001, cette association, dans un premier temps, vise à aider les personnes âgées dans le maintien de leur autonomie à l’aide de programmes de stimulation motrice et autres ateliers de mémoire. Joëlle Esteve, initiatrice du projet et Directrice bénévole, est alors éducatrice au service gériatrie du Centre Hospitalier de Perpignan.

En 2010, elle élargit son public en créant un programme supplémentaire destiné aux femmes atteintes d’un cancer. Afin de donner une identité à ce nouveau concept, une adhérente lui suggère la dénomination « La parenthèse », parce-que la vie se met entre parenthèses lorsqu’on rencontre la maladie. La proposition sera adoptée. L’association équilibre66 intitulera désormais son nouveau programme : « La Parenthèse (Équilibre 66) » qui sera aussitôt déposé à l’Institut National de la Propriété Industrielle, avec son slogan « quand la vie d’une femme se met entre parenthèses ».

Tout s’accélère et des professionnels bénévoles proposent leurs services à titre gracieux. Qui la coiffure, qui l’esthétique, le yoga, la réflexologie ou encore la sophrologie. La liste est loin d’être exhaustive. Tout est fait, donné, pour le bien être de ces femmes qui suivent ou ont suivi les lourds traitements inhérents au cancer.

Joëlle Esteve, Directrice Bénévole de l'association
Joëlle Esteve, Directrice Bénévole de l’association

Joëlle Esteve :  Ces femmes connaissent quatre grandes détresses durant la maladie. Leur corps est meurtri, ce qui engendre une baisse de l’estime de soi, l’isolement et un moral en berne. Sans parler des problèmes financiers et c’est aussi pour cela que toutes les activités sont gratuites et loin du secteur marchand.

Le Journal Catalan : L’association les aide a redevenir femme ?

J.E. : Tout à fait. Nous avons pour ça ce que nous appelons la « fémino-thérapie ». Je conçois des costumes inspirés du carnaval de Venise et j’organise des défilés. Elles se sentent à nouveau femmes, car le regard qui se pose sur elles est rempli d’émerveillement et c’est comme une caresse, comme si elles entraient dans une nouvelle peau.

LJC : Et après la maladie ?

J.E. : Certaines restent adhérentes. Elles sont moins prioritaires que celles qui sont encore souffrantes pour tout ce qui est « soins  individuels» (esthétique et soins du corps), mais elles peuvent bénéficier des autres activités.

LJC : Avez-vous des sponsors ?

J.E. : Oui, sous forme de services. Par exemple un concert ou une pièce de théâtre, dont les recettes vont à l’association, des repas également. La ligue contre le cancer, dans le cadre d’une convention de partenariat financera les vacations de gymnastique adaptée (2x par semaine).

 

Actuellement « hébergée » généreusement par le Mas des Arcades, l’association a désormais trouvé un local dans lequel les activités « bien-être » pourront être dispensées, dans un lieu à elle, loin du milieu médical. Une maison, un refuge, un cocon où il fera bon se détendre et se ressourcer.

Elle ouvrira sa porte fin 2015 si tous les travaux de « rafraîchissement » sont terminés. Pour se faire, l’association recherche de mécènes, des artisans généreux qui pourront prétendre à une réduction d’impôts pour sponsoring.( rescrit fiscal).

L’association avec son programme « La Parenthèse (Equilibre 66 ) » se veut un nid pour petites tourterelles fragilisées, mais si fortes au fond.

C’est une passerelle vers une nouvelle vie.