Dîner des lumières organisé par l’association BPW Perpignan

diner-lumieres-organise-lassociation-bpw-perpignan

Christine Detrez, Docteure en sociologie à L’École Normale Supérieure de Lyon est venue devant une cinquantaine personnes, parler de son livre Les Femmes peuvent-elles être de Grands Hommes ? Les femmes constituent la moitié de l’humanité mais notre histoire est, et demeure encore, masculine.

En reprenant l’analyse des manuels scolaires, le constat est sans appel. Les femmes y sont quasiment absentes et quand elles sont citées, c’est au prix de l’effacement de leurs compétences. Plutôt que de leurs œuvres, on insiste sur les liens qui les unissent aux Grands Hommes. Cet oubli n’est pas le seul fait des manuels scolaires.

Malgré une pratique culturelle supérieure, toutes les enquêtes le montrent, on ne retrouve pas cette suprématie parmi les professionnels de la culture encore de nos jours. La première lauréate du prix Goncourt né en 1903, fut Elsa Triolet en 1944. Marguerite Yourcenar dut attendre 1980 pour avoir sa place parmi les Immortels. Effacées de l’Histoire, on retient surtout de nos auteures (G.Sand, Colette) leurs livres pour la jeunesse et leur amour des chats et des confitures. Nous sommes tellement habitué(e)s à une histoire masculine que ce paradoxe culturel nous échappe.

Même quand elles parviennent à se faire une place dans le palmarès, les commentaires ne sont pas équivalents à ceux qui couronnent les succès des hommes. On évoque leur silhouette, on s’enquiert de la coupe de l’uniforme d’académicienne de Dominique Bona avant de mentionner son œuvre littéraire. Dans l’arène politique, on les siffle, on les hue…

Christine Detrez a développé tout au long de la soirée devant un public fort intéressé, les raisons qui font que les femmes s’auto-éliminent dès que l’on monte dans la pyramide de la notoriété. Pourquoi les filles ont moins d’estime d’elles-mêmes que les garçons et comment quand il s’agit de légitimer les inégalités, on utilise la nature et la morale.

Les lois existent. Néanmoins, les représentations sont plus tenaces et les lois s’avèrent insuffisantes pour changer les façons de penser. Les choix d’orientation et de carrière continuent à faire peser un plafond de verre sur les trajectoires des femmes.
C’est par l’organisation des femmes en associations, en réseaux qu’elles parviendront à imposer de nouvelles approches.

Réhabiliter les femmes oubliées et travailler sur les générations présentes pour construire la société égalitaire que nous voulons, femmes et hommes, ensemble. Tel était le message porté par Christine Detrez au Dîner de lumières de Business and Professional Women.

diner-lumieres-organise-lassociation-bpw-perpignan

Infos et contact sur perpignan@bpw.fr/ 06 65 26 30 71.

Abonnez-vous gratuitement au site :

[wysija_form id= »1″]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.