Collioure/ Le village candidat au label « Petites Cités de Caractère »

L’équipe municipale de Collioure, sous la houlette de son maire Guy Llobet a décidé lors de son dernier conseil municipal de s’engager dans une démarche d’intégration dans le réseau national des « Petites Cités de Caractère ». En effet, la petite cité catalane est dans une situation paradoxale.

Collioure dispose d’un patrimoine d’une richesse et d’une diversité remarquables :

  • Patrimoine architectural que celui-ci soit religieux, militaire ou civil, vestiges d’une histoire mouvementée multiséculaire.
  • Patrimoine maritime, avec la présence résiduelle des barques catalanes dans le port.
  • Patrimoine paysager, avec le site classé du Cirque des collines de Collioure et la culture de la vigne sur les terrasses aux murettes en schiste, mais aussi naturel, avec des zones de protection renforcée traduisant sa biodiversité faunistique et floristique.
  • Patrimoine gastronomique également, avec ses célèbres anchois (l’entreprise Roque vient de recevoir la distinction « Entreprise du Patrimoine Vivant ») et ses vins (l’appellation d’Origine Protégée Banyuls/Collioure).
  • Enfin, son patrimoine artistique, attribuant à Collioure « le titre de berceau du Fauvisme » véritable révolution dans l’histoire de l’art initiée par Matisse et Derain, à l’origine de la présence des peintres qui ont fait le XXe siècle pictural dans sa diversité.

« Malgré cette richesse exceptionnelle et unique qui a valu à Collioure l’emploi des superlatifs les plus flatteurs « Cité des peintres », « Perle de la Côte Vermeille », « Phare de l’Occitanie », souligne Guy Llobet, paradoxalement la commune n’a jamais bénéficié d’une reconnaissance officielle autre que ses huit monuments historiques classés ».

Avec la volonté de protéger et de valoriser son patrimoine pour en faire un atout de développement structuré, global, cohérent, harmonieux et maitrisé, l’équipe municipale a décidé d’être candidate au réseau Petite Cités de Caractère, afin d’une part, d’obtenir un label qui correspond à son identité et, d’autre part, d’être au cœur d’un réseau d’échanges de bonnes pratiques qui la feront évoluer de manière positive et dynamique.

Le dossier a été déposé mi-octobre et sera soumis à une commission d’homologation nationale qui statuera d’ici cinq à six mois au plus tard, soit au printemps 2021.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.