Ce n’est pas tous les jours que le numéro 3 du Vatican vient sous le soleil du Roussillon !

ce-nest-pas-tous-les-jours-que-le-numero-3-du-vatican-vient-sous-le-soleil-du-roussillon 2

Le Cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements auprès du Saint Siège à Rome, était à Perpignan le samedi 6 mai à l’invitation du CML (Centre Méditerranéen de Littérature) et du diocèse de Perpignan. Plus de 400 personnes sont venues à sa rencontre à l’hôtel Jules Pams pour dédicacer son ouvrage La Force du Silence, co écrit avec Nicolas Diat, spécialiste de l’Église catholique, qui était également présent. Le Cardinal Sarah a reçu à cette occasion le Prix Spiritualités d’aujourd’hui 2017.

Mgr Nobert Turini qui présidait la cérémonie a rappelé l’importance, à ses yeux, du silence : « Le silence, nous sommes nombreux à y aspirer dans cette société où il devient si rare. Il nous est même plus précieux que nous ne le pensons, car il est le creuset véritable dans lequel se forme et s’élabore notre vie spirituelle.» Le cardinal Robert Sarah, dans La Force du silence, se plaît à souligner « combien Dieu agit en nous avec puissance, mais sans bruit. Aux antipodes de notre époque bruyante menacée d’impuissance spirituelle ».

En plusieurs points, le cardinal Sarah fait penser à Benoît XVI, façonné par la tradition bénédictine, vivant en quasi-ermite au Vatican et tellement libre par rapport aux fureurs mondaines qui viennent faire le siège de l’âme. « Nous vivons, écrit le pape émérite, dans une société dans laquelle chaque espace doit être rempli par des activités, souvent nous n’avons pas le temps d’écouter. N’ayons pas peur de faire silence à l’extérieur et au-dedans de nous-mêmes, si nous voulons être capables de percevoir la voix de Dieu. »

On lira avec intérêt dans cet ouvrage primé par le CML, l’échange entre le cardinal Sarah et le supérieur de la Grande Chartreuse. « Le silence, dans la vie de l’Église, estime Dom Dysmas, me semble lié à la délicatesse de la voix divine. Pour l’entendre, il faut tendre l’oreille, car le Saint-Esprit ne parle pas fort. » Tous ceux qui ont goûté cette petite voix aspirent à l’entendre de nouveau. C’est le cas du cardinal Sarah qui, jeune archevêque de Conakry, avait pris l’habitude de s’isoler : « Je m’étais créé un désert intérieur. Il n’y avait aucune présence humaine. Je vivais dans le jeûne, la prière, simplement nourri par l’eucharistie. »

A 18h, une messe solennelle présidée par son Éminence Sarah, était célébrée en la Cathédrale Saint Jean-Baptiste de Perpignan devant une foule de fidèles rassemblés pour l’occasion. Il faut dire que ce n’est pas tous les jours que le numéro 3 du Vatican se déplace à Perpignan !

ce-nest-pas-tous-les-jours-que-le-numero-3-du-vatican-vient-sous-le-soleil-du-roussillon 2

Laisser un commentaire