Canet, que vive le septième art !

Canet, que vive le septième art

Avec l’arrivée du nouveau complexe, le ciné-club « Canétoiles » va déménager ! Rencontre avec Corinne Parker et Jean-Charles Gandou, la trésorière et le président du club emblématique de notre ville !

10 ANS APRÈS LA FERMETURE DE LA SALLE DU LIDO, LA VILLE RETROUVE UN CINÉMA DIGNE DE CE NOM…

M. Gandou : « Exactement ! Et ce cinéma va avoir plusieurs avantages pour notre club : tout d’abord, au niveau technique, nous n’aurons plus à nous occuper de tout. Nous allons ensuite proposer des projections qui seront de meilleures qualités. Sur le plan de la fréquentation, nos séances seront diffusées dans la gazette du cinéma et nous espérons avoir plus de spectateurs occasionnels. Il sera aussi sûrement plus facile d’inviter des réalisateurs ou acteurs… »

Mme Parker : « La saison en cours se finira à l’auditorium du lycée et nous commencerons la prochaine au Clap Ciné. 23 dates nous sont d’ores et déjà réservées pour la saison suivante. Il faut juste être en accord avec la programmation du service culturel de la ville. À savoir que les tarifs resteront les mêmes ! »

AVEZ-VOUS DÉJÀ RENCONTRE LES PROPRIÉTAIRES ?

M. Gandou : « Nous avons visité le cinéma et il est prévu de faire une nouvelle visite avec les adhérents. Tout se passe bien. »

ET L’OUVERTURE DU CLAP CINÉ TOMBE L’ANNÉE DES 20 ANS DE L’ASSOCIATION !

Mme Parker : « En octobre prochain, Canétoiles va effectivement faire ses 20 ans. Depuis 1999, nous avons diffusé 431 films sur Canet soit 24 par an. Cette année, nous avons 152 adhérents et une moyenne de 75 spectateurs pour chaque séance. Le ciné-club se porte bien ! »

M. Gandou : « En 20 ans, nous avons vu une cohésion sociale qui s’est installée. Au-delà des séances, nous faisons des repas, des karaokés, nous partageons la galette des rois… Les adhérents sont très sensibles à ces moments. Pour l’anniversaire du ciné-club, nous souhaiterions faire un ciné-concert, une conférence, faire des partenariats avec des historiens du cinéma ou l’association LGBT… Mais tout cela est encore à mettre au conditionnel ! »

LE 7E ART A DONC DE BEAUX JOURS DEVANT LUI A CANET !

M. Gandou : « Nous le souhaitons ! Et pour cela, nous remercions tous les adhérents ! Nous n’oublions pas les efforts de la municipalité qui ont permis l’aboutissement de ce projet. »

ET LE GAGNANT EST…

Chaque année, le ciné-club organise les trophées de l’Étoile d’Or. 5 films étaient en compétition et l’œuvre ayant remporté le plus de voix est « Prendre le large » de Gaël Morel (France – 2017).

Avant LE CLAP CINE…

Avant l’arrivée du cinéma sur la colline des loisirs, le 7e art s’était déjà fait une place à Canet.

En 1954, à l’emplacement actuel du restaurant « Le Wembley », le cinéma arrive dans notre ville. L’endroit était simple et pas encore couvert. Le cinéma plein air faisait alors son apparition avec ses 600 chaises en fer et l’écran géant. « C’était une très bonne époque, se remémore Jacques Jorda, actuel propriétaire du Wembley. Ce sont mes parents qui ont crée cet endroit. Tous les plus grands films ont été diffusés. Mes parents ont même été invités au festival de Cannes. J’ai vu quelques grands noms comme Jean-Paul Belmondo ou Brigitte Bardot. »

Canet, que vive le septième art

UNE AMBIANCE PARTICULIÈRE

Le cinéma était encore spartiate : à chaque pluie, Jacques Jorda nettoyait les 600 chaises, les spectateurs étaient placés par Mme Princep, figure importante pour le cinéma de l’époque… Enfin, il n’était pas rare de démoustiquer l’endroit avant de diffuser les films. « Une ambiance particulière régnait à cette époque, se souvient M. Jorda. Avant de venir au cinéma, on allait jouer à la pétanque juste à côté, le Casino attirait quelques stars ! Le centre de Canet était plein de vie ! »

En 1969, le cinéma le Lido connait un grand changement et les parents de M. Jorda couvre le terrain. La salle se dote de 400 fauteuils jaunes et continue la diffusion de ses films.

SALLE MODERNE

« C’était une salle moderne, nous avions la climatisation dès l’ouverture ». Arlette Franco, ancienne maire de la commune, aimait se rendre dans ce cinéma de proximité. Nul besoin de prendre la voiture, les habitants trouvaient tout dans le centre. Les années passent et le Lido continue ses diffusions de films, se rénove, ils accueillent les premiers films du ciné-club « Canétoiles ». Mais le centre de Canet grandit et il devient difficile de trouver des places de parking près du Lido. En 2009, faute de moyens, ce cinéma de proximité voit ses portes fermer. Seul reste la devanture avec sa caméra jaune à côté du restaurant de M. Jorda.

LE DRIVE-IN CINÉ

Jusque dans les années 80, le cinéma se présentait aussi sous une autre forme ! Le drive-in ciné qui se situait à Vert Vallon, au niveau du chemin rural des coteaux, attirait aussi les cinéphiles. Les spectateurs arrivaient avec leur voiture, allaient chercher le haut-parleur et un chauffage, et s’installaient devant le film. Plus tard le soir, le cinéma osait diffuser des films interdits aux moins de 18 ans !

Canet, que vive le septième art

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.