Café philo à Banyuls sur Baudelaire et Walter Benjamin

cafe-philo-a-banyuls-baudelaire-walter-benjamin
Walter Benjamin

Une discussion philo sur Baudelaire (1821-1867) et Walter Benjamin (1892-1940) est prévue le 16 novembre, à 18 heures, aux 9 caves, avenue Gal de Gaulle à Banyuls-sur-Mer, menée par Anne-Marie Llambrich.

L’association Walter Benjamin vous retrouve pour échanger sur Baudelaire et W.B. dans le cadre de la rencontre Café philo. Sans formation spécifique en la matière, seule la curiosité intellectuelle soutenue par la découverte des liens unissant W.Benjamin et la mémoire de Baudelaire, motive notre démarche.

C’est avec Hannah Arendt qui nous présente au plus juste ces hommes de lettres :… par opposition aux écrivains et littérateurs, (définition dans le Larousse de l’homme de lettres) :

« … Ces hommes bien que vivant dans le monde de la parole écrite et imprimée et surtout entourés de livres, n’étaient ni contraints ni désireux de pratiquer l’écriture et la lecture en professionnels dans le but de gagner leur vie. A la différence de la classe des intellectuels qui mettaient leurs talents à la disposition de l’État en qualité d’experts, de spécialistes et de fonctionnaires, ou de la société, pour la divertir et l’instruire, les hommes de lettres se sont toujours efforcés de garder leur distance… »

Walter Benjamin, (« critique littéraire, comme il aimait à se définir ») cite volontiers Baudelaire, qui déclarait: « Être un homme utile m’a paru toujours quelque chose de bien hideux. »

Baudelaire, le poète de mon adolescence dont la vie d’homme m’était complètement inconnue et W.Benjamin, celui qui « pensait poétiquement, et dont je découvre avec un plaisir constant, l’œuvre monumentale, livrent une pensée commune, celle de la révolte et du désir de justice… et qui peut nous fournir des outils pour définir les enjeux des luttes politiques de notre présent ! »

Pour l’heure, dans un souci de chronologie sans doute indispensable à ma démarche de néophyte, j’ai choisi d’entamer la présentation en faisant référence aux récits de leur enfance : Caroline Aupick, le petit bossu, le flâneur, la modernité, le choc, autant de thèmes qui viendront alimenter, agréablement je l’espère, notre discussion.

Bibliographie :
Baudelaire: Henri Troyat- Flammarion, Livre de poche- 1994.
Charles Baudelaire: Walter Benjamin- Petite bibliothèque Payot- 1990;
Walter Benjamin: Hannah Arendt- Edition Allia- 2015
Paris, capitale du XIX: Walter Benjamin: – Edition Allia- 2015.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.