Bilan de la Concertation Préalable du projet éolien citoyen de Banyuls et Brouilla

La Concertation Préalable concerne le projet de parc éolien citoyen Banyuls dels Aspres et Brouilla, situé sur ces deux communes, dans les Pyrénées-Orientales. Ce projet est développé par CatEnR, coopérative d’intérêt collectif aménageant et finançant des installations de production d’énergie renouvelable dans les Pyrénées-Orientales, et Engie Green, filiale à 100% d’Engie.

Gouvernance partagée entre Engie Green et CatEnR pour une transition énergétique associant étroitement les acteurs locaux au projet de développement industriel du territoire

On appelle « citoyen » un projet de production d’énergie renouvelable piloté avec les acteurs locaux et qui ouvre son capital au financement participatif afin de permettre aux habitants et acteurs du territoire d’investir dans un projet local en faveur de la transition énergétique et de profiter de ses retombées financières.

L’accord signé entre Engie Green et CatEnR prévoit la constitution d’un comité de décision avec une voix pour chaque entité qui conduit les aspects administratifs et les phases de développement, de construction et d’exploitation.

Le projet éolien est ainsi codéveloppé entre l’industriel et la société coopérative locale.

Engie Green est une entreprise de référence des énergies renouvelables en France. Son siège social est implanté en Occitanie où elle exploite 11 parcs éoliens pour près de 152 MW installés. Engie Green développe l’éolien participatif depuis de nombreuses années et selon différents modèles qui permettent aux citoyens de participer à l’essor des énergies renouvelables. Elle apporte ainsi au projet de Banyuls dels Aspres et Brouilla son expérience, son expertise technique et son ingénierie financière.

CatEnR, coopérative d’énergies participatives aménage et finance des centrales de production d’énergie renouvelable dans le département des Pyrénées-Orientales pour une transition énergétique réussie au profit du territoire. Les deux parties prenantes s’accompagnent ainsi mutuellement pour une transition citoyenne cohérente.

Un projet prenant en compte les enjeux de biodiversité

Afin de construire un projet en accord avec les enjeux de biodiversité de la zone et ses alentours, des études ont été menées par un bureau d’étude spécialisé (Nateco).

Ces études ont permis l’établissement d’un inventaire des différentes espèces faune et flore présentes sur site, comme le guêpier d’Europe, la couleuvre de Montpellier et la pie-grièche à tête rousse . Des secteurs ont pu être identifiés, classant les habitats de la zone par échelle de sensibilité (forte à modérée). Les études révèlent qu’en dehors de quelques zones sensibles, la zone envisagée est constituée d’habitats communs et bien représentés localement, à savoir principalement les vignes et les friches. Des mesures de compensation seront tout de même adoptées pour limiter au maximum l’impact du projet sur la biodiversité.

L’identification des différents enjeux de la zone permettra la construction d’un projet adapté au territoire d’implantation.

Un projet éolien citoyen mais aussi solidaire, d’intérêt collectif et d’utilité sociale

Un habitant émet en moyenne 10 tonnes de gaz à effet de serre pour ses activités et 15 tonnes par son épargne (1) ; il est donc primordial de placer son épargne dans la transition énergétique. Produire ensemble une énergie renouvelable dans l’intérêt du territoire et de ses habitants et la consommer judicieusement, voilà le défi. Outre les retombées économiques pour le territoire, il est possible aujourd’hui de relocaliser de fortes valeurs ajoutées locales. La transition énergétique permet de créer de nombreux emplois non délocalisables et de maîtriser les consommations d’énergie par des initiatives d’efficacité et de sobriété.

Les habitants peuvent amorcer le mouvement vers une société décarbonée et se réapproprier leur territoire, son potentiel énergétique au travers de modèles décentralisés innovants et porteurs de développement local.

Conformément au scénario REPOS adopté par la Région Occitanie / Pyrénées – Méditerranée, atteindre cet objectif nécessite de multiplier par 3 la production d’énergie d’origine renouvelable et diviser par 2 la consommation d’énergie par habitant.

Il faut rappeler que chaque jour et en dépit de ses ressources exceptionnelles en vent et en soleil, près de 2 millions d’€ quittent le département des Pyrénées-Orientales pour importer l’énergie que nous consommons donc que nous nous ne produisons pas. L’éolien comme de toutes les énergies renouvelables doit aller de pair avec la préservation de la biodiversité et s’accompagner de politiques de sobriété et d’efficacité énergétique pour assurer la transition écologique.

Il ne s’agit pas de nier les éventuelles craintes ou interrogations, mais de les comprendre pour les dépasser : c’est en donnant un réel pouvoir aux habitants dans le développement des énergies renouvelables que l’on en facilitera l’appropriation et donc l’essor.

C’est d’ailleurs tout le sens de la notion de « communautés énergétiques » récemment introduite dans le droit européen. L’heure n’est plus à la politique énergétique centralisée du siècle dernier, dont citoyens et collectivités étaient les grands absents.

En France, plusieurs projets éolien citoyen sont déjà en exploitation comme Le Haut des Ailes*, Bégawatts, La Citoyenne (Haute-Vienne)*, Les Ailes des Crêtes, Isac-Watts, Avessac, La Jacterie, Champs Chagnots, la luzette*, certains en développement comme le parc de l’Hyrôme, Aganagues* et d’autres encore.

*projets codéveloppés

1 – « Que font-ils de notre argent? » de Stanislas DUPRE, NiL édition, 286 pages, 19 euros

1 COMMENTAIRE

  1. en quoi l’éolien est il une arnaque ?
    simple la société propriétaire de l’éolienne n’est jamais propriétaire du terrain qu’elle loue a un acteur local plusieurs fois sont prix d’achat.
    l’éolienne est faite pour durer 20 ans et au bout des 20 années elle fait faillite . l’éolienne, les tonne de béton nécessaire a son ancrage dans le sol et les huiles toxique de son mécanisme doivent alors être démanteler par l’état qui se retourne vers le propriétaire du terrain pour qu’il en assume les frais !
    le coût en est bien entendu supérieur aux loyers perçu pas le propriétaire du terrain !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.