Argelès-sur-Mer : La Ville investit 350 000 euros dans les travaux d’urgence

0
340

argeles_sur_mer_travaux_urgence_abat

Les épisodes climatiques des 29 et 30 novembre et du 21 mars ont laissé leur empreinte sur la Argelès-sur-Mer. Afin de ne plus revivre pareille situation, la Ville a, entre autres, engagé sur de nombreux points de la commune des travaux exceptionnels et d’urgence qui s’achèveront avant l’été. Coût total : 350 000 euros.

Réunions publiques. En préambule à cette démarche, la Ville a organisé durant le mois d’avril cinq réunions publiques. Celles-ci ont concerné les sites ayant le plus souffert des pluies diluviennes et des inondations : La Massane (centre ville et plage ; deux réunions), Le Ravaner (Le Racou) ; Le Valmarie (Le Racou également) ; L’Abat (centre ville).

Ces rencontres très prisées par les riverains (certaines ont attiré plus d’une centaine de personnes) ont permis aux techniciens et aux élus municipaux de poser clairement les bases de la situation, chiffres officiels à l’appui : les inondations de novembre ont été d’une violence rare ; Argelès-sur-Mer, rappelons-le, est en partie construite en zone inondable. Les travaux
réalisés ne pourront donc éradiquer tous les risques d’inondation mais en diminuer l’ampleur.

La procédure a été également expliquée au public. Tous les projets ont fait l’objet d’un diagnostic préalable. Une analyse juridique a ensuite permis de juger la pertinence des solutions préconisées. Enfin, un courrier de procédure d’urgence – qui permet de réaliser les travaux immédiatement – a été adressé à Madame la Préfète.

Plan communal de sauvegarde. Parallèlement aux travaux engagés, une actualisation du plan communal de sauvegarde est en cours. « Les grandes crues nous ont permis d’apprécier le côté fonctionnel de ce plan, ses forces et ses faiblesses, notamment l’efficacité de l’automate d’appel, avec une actualisation des fichiers des abonnés téléphoniques » précise-t-on à l’Hôtel de Ville.

En cas de risques majeurs, ce service téléphonique permettra à terme d’informer rapidement et individuellement tous les foyers, les commerces et établissements professionnels installés sur le territoire communal.

Quelques autres initiatives : certains véhicules de la police municipale vont être équipés de haut-parleurs, indispensables pour une meilleure prévention ; la commune va s’abonner à un service météo plus pointu.

Les travaux d’urgence réalisés ou en cours, zone par zone :

argeles_sur_mer_travaux_urgence_massane_01

La Massane

Curage du fond du lit de la Massane, entre passerelle et rue du 14-Juillet.
Un des murs de soutènement déchaussé sur une cinquantaine de mètres par la force des eaux va être reconstruit dans le cadre de la procédure d’urgence. En effet, ce mur protège tous les quartiers se trouvant en aval.

Par ailleurs, la Ville va vérifier structurellement le linéaire de murs entre la passerelle face à l’Hôtel de Ville et le passage à gué du 14-Juillet.

La Ville a reconstitué ses 3 lignes d’aquabarrières pour le passage à gué au niveau de l’Hôtel de Ville, le passage à gué du 14-Juillet et le centre plage, sur la Massane.

argeles_sur_mer_travaux_urgence_agouille_priou

Agouille des Conques

La commune va engager une étude pour améliorer la capacité hydraulique supplémentaire que peut supporter l’agouille des Conques. Quelque soit le résultat de cette étude, l’agouille fera rapidement l’objet d’un curage pour améliorer son écoulement.

Abat

Les deux crues ont érodé dangereusement le talus bordant les parcelles des lotissements adjacents, dont le Petit Charlemagne.

Les berges ont été confortées grâce à des enrochements bétonnés.

Le Ravaner

Après le 30 novembre, les services techniques municipaux avaient œuvré durant trois semaines pour nettoyer et reconfigurer le chemin longeant le Ravaner, entre les criques de Porteils et la plage de l’Ouille. La violente crue du 21 mars a effacé ce chemin sur plus de 200 mètres. Celui-ci était emprunté fréquemment par les services techniques, les véhicules de sécurité et les riverains. La commune a donc reconstitué cet axe grâce à des enrochements.

Le Valmarie

Crue après crue, le lit et l’exutoire du Valmarie se sont ensablés à cause du transport de sédiments. Cette situation a modifié l’exutoire. Celui-ci n’est plus, comme à l’origine, le port, mais dorénavant le parking La Sardane.

Cette nouvelle situation est source d’inondations pouvant atteindre plus d’1,50 mètre d’eau.

Dès septembre, la commune reconstituera dans le cadre d’une procédure d’urgence le lit naturel de l’agouille en direction du port. Elle va également protéger les habitations en créant un talus le long de la zone humide, ceci afin d’empêcher les eaux de déborder vers le parking et les zones d’habitations. Par ailleurs, une vanne sera mise en place pour permettre la meilleure gestion de l’eau sur ce secteur.

Route de la Digue

Cette voie a été fortement endommagée. La sécuriser avant la période estivale s’avérait nécessaire. Après l’été, l’axe sera totalement reconstruit et les buses de traversée fluviales refaites.

Autres petits travaux hydrauliques engagés

Plusieurs portions d’agouilles sont concernées : Conques, d’En Sallère, Le Priou, La Massane Amont.