Andreï Makine, romancier sans frontières

Andreï Makine, romancier sans frontières

Goncourt en 1995 avec Le Testament Français, le benjamin de l’Académie française présente au CML « Au-delà des frontières » (Grasset), jeudi 18 avril à 18h à l’hôtel Pams.

Andreï Makine, né en Sibérie, a publié une douzaine de romans traduits dans plus de quarante langues. Son accent russe est aussi rocailleux, que la lame de son épée d’académicien est affûtée pour écrire en français. Russe de Krasnoïarsk, Français de cœur et « de volonté » comme disait François Nourissier, de l’Académie Goncourt  en parlant de son ami, Andreï Makine.  L’académicien  a marqué son époque avec « Le Testament français », qui fit de lui une « star » des Lettres avec le Goncourt, le Goncourt des lycéens et le Médicis.…

Avec « Au-delà des frontières » paru chez Grasset cette année, Makine raconte l’itinéraire de Vivien de Lynden. L’auteur brouille les pistes dans son nouveau roman : chacun n’a-t-il pas droit à sa « troisième naissance », au-delà des frontières que l’on assigne à l’humaine condition ? Lui qui a aussi écrit sous le mystérieux pseudonyme de Gabriel Osmonde réunit ici pour la première fois les deux parties de son œuvre, puisqu’Osmonde devient un personnage de son roman.

Repousser les barrières psychologiques

Au long de ses nombreux livres ou des entretiens qu’ils ont inspirés, Andreï Makine se montre préoccupé par le monde superficiel et matérialiste où nous vivons, oublieux de valeurs aussi essentielles que la bonté, la vérité ou la beauté au profit de l’utilité, la vitesse, l’immédiateté, la convoitise… Dans ce dernier roman, Au-delà des frontières, il empoigne cette assertion avec provocation, dégainant à charge contre l’inconséquence, voire l’absurdité, de comportements qui débouchent sur la frustration, la violence, la haine, le mépris et, au bout du compte, une catastrophe inéluctable. L’écrivain d’origine russe invite à repousser nos barrières psychologiques. On plonge d’emblée dans un brûlot, avec l’Europe submergée par les migrants. Un écrivain peut-il encore tout aborder librement ? C’est la question que pose ce roman.

Le programme :

Jeudi 18 avril  2019 à 18 h 00 à Hôtel Pams. Rencontre avec Andreï Makin, de l’Académie française, pour la présentation et la dédicace de Au-delà des frontières (éditions Grasset), salon Jean d’Ormesson · 18 rue Émile Zola · Perpignan.

Entrée libre.

www.cmlprixmediterranee.com   

Andreï Makine, romancier sans frontières

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.