À la mémoire d’un Ange : hommage à Jean Bousquet

a-la-memoire-dun-ange-hommage-a-jean-bousquet

Samedi 13 octobre à 18h30, à l’auditorium du conservatoire de Perpignan Méditerranée (1, rue des Joglars à Perpignan) est proposé un hommage à Jean Bousquet, « À la mémoire d’un Ange ».

Ange-Georges Bousquet est né à Perpignan il y a deux cent ans. Initié à la musique dès son plus jeune âge, il tourne à quinze ses pas vers le Conservatoire de Paris pour y étudier le violon puis l’écriture et la composition.

Soucieux de son autonomie matérielle, il intègre le pupitre des violons du Théâtre italien de Paris, découvrant de plain-pied le monde lyrique qui le fascine. Il se tourne ensuite rapidement vers la composition et à peine âgé de vingt ans, il obtient le prix de Rome de composition musicale ce qui lui permet de partir pour deux ans en résidence en Italie puis en Autriche et en Allemagne.

Durant son périple, il noue de précieuses relations avec Fanny Mendelssohn, puis son frère Félix. Il est ami avec Charles Gounod et joue en quatuor avec le peintre Ingres, alors directeur de la villa Médicis. Son retour à Paris est difficile, car comme la plupart des lauréats de Rome avant et après lui, il peine à se faire une place en tant que compositeur. Après un échec à l’Opéra-Comique en 1844, il décide de changer de voie pour se consacrer à la critique musicale et à la direction d’orchestre. Mais « si peu guéri du mal de composer pour le théâtre », il écrit un nouvel opéra, Tabarin, qui est créé dans les derniers jours de 1852. Sa carrière est relancé, mais il tombe alors malade et meurt dix-huit mois plus tard avant d’avoir connu le succès public qui lui semblait promis.

Le concert proposé par le Conservatoire clôt la journée consacrée à Georges Bousquet par les Archives départementales de Pyrénées Orientales et le Conservatoire. Il présente des œuvres inédites depuis près de 180 ans : une ouverture pour orchestre symphonique écrite par Bousquet à l’âge de 18 ans, puis deux cantates pour soprano, ténor et orchestre écrites pour le prix de Rome 1838, toutes deux intitulées La Vendetta : celle de Charles Gounod et celle de Georges Bousquet avec laquelle obtint le premier grand prix.

Programme :
Direction. Daniel Tosi
– Ouverture « 1836 » de Georges Bousquet pour orchestre direction : Daniel Tosi
– « La Vendetta » scène lyrique de Charles Gounod (concours de l’Académie des beaux-arts 1838) direction : Hervé Rémond
– « La Vendetta » scène lyrique de Georges Bousquet (concours de l’Académie des beaux-arts 1838, 1er grand prix)
– L’orchestre du 3e cycle du Conservatoire à Rayonnement régional de Perpignan-Méditerranée solistes : Sabine Riva (soprano), Yu Chen (ténor).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.