Romain Grau à la session du Conseil départemental

romain-grau-a-la-session-du-conseil-departemental

Romain Grau, député de la première circonscription des Pyrénées-Orientales, nous communique avec prière d’insérer :

« Hier [24 juillet] au cours de la séance du Conseil départemental, plusieurs thèmes ont pu être abordés et m’ont permis de faire valoir des positions affirmées en faveur du développement du département.

Séance du Conseil départemental riche et dense
Le premier sujet abordé a été celui du nom de la Région, suite à la décision du Conseil d’État rejetant le recours contre le nom Occitanie. Clairement, une décision de justice ne se commente pas. Certains regrettent une telle décision, d’autres s’en réjouissent… Dura lex sed lex. Pour ma part je regarde vers l’avenir. J’en tire un enseignement : une volonté unanime d’avoir une marque pour notre territoire et de mettre en place une politique de marketing territorial. En effet il est impérieux de promouvoir et de faire connaître l’image des Pyrénées-Orientales. Cette réflexion peut éventuellement aller jusqu’à un changement de nom du département. Mais cela s’envisage sur du moyen terme et nous avons perdu trop de temps. Il est urgent que tous les acteurs politiques et économiques aient un seul objectif: attirer sur notre territoire des entreprises et des visiteurs. L’exemple du Pays Basques mérite que nous nous en inspirions.

Le deuxième thème qui a été évoqué largement durant cette séance a été le tourisme. Pour être plus précis, ont été soumis à l’assemblée départementale, 17 délibérations liées à la politique départementale en faveur du tourisme. Certes, nous sommes un des tous premiers départements en termes d’accueil de touristes sur notre territoire. Nous profitions ainsi d’atouts naturels indéniables, qu’il s’agisse de notre climat ou de sites et de paysages remarquables. Il s’agit du premier secteur économique de notre département avec plus de 1,4 Milliards € de recettes générées chaque année par ce secteur.

Toutefois, il nous faut éviter l’autosatisfaction dans la mesure où beaucoup de chemin reste encore à parcourir. En effet, le panier par touriste et par jour s’élève à peine à plus de 40€ chez nous là où il dépasse les 60€ en Pyrénées-Atlantiques ou les 80€ en Vaucluse. Une de nos priorités est donc de construire un nouveau schéma stratégique de développement touristique dans les Pyrénées-Orientales prenant comme objectif le rehaussement du panier moyen par touriste et par jour. Pour cela, il nous faut réfléchir au-delà des clivages politiques ou professionnels en impliquant des professionnels dont l’avis est d’autant plus important à prendre en considération qu’ils sont en première ligne au contact des touristes. Cette stratégie ne sera ni de gauche ni de droite elle sera efficace ou non. Il est donc crucial de savoir surmonter les éternels clivages qui ont conduit à tant d’immobilisme dans notre département. Pour construire cette stratégie, j’ai proposé de mettre en place des assises départementales du tourisme qui pourrait être l’occasion de se donner une feuille de route dans les Pyrénées-Orientales, plus de cinquante ans après le plan de Racine.

Enfin nous avons pu discuter et voter une subvention de 200.000€ en faveur du Centre international du Photojournalisme, soutenu par la Ville de Perpignan. Ce centre de formation permet et permettra de pérenniser non seulement le Festival Visa à Perpignan mais également de créer des retombées économiques durant toute l’année. Je suis heureux de constater que le Conseil départemental a su dépasser ses anciennes et habituelles réticences pour venir appuyer une démarche ambitieuse de la ville de Perpignan qui engendrera des retombées économiques et culturelles pour l’ensemble de nos territoires. Comme nous le savons tous, le Festival Visa est un outil de rayonnement international de notre ville et de notre département. C’est donc une excellente chose que nous soyons fortement mobilisés pour que ce festival voit ses moyens accrus sur Perpignan. Sur ce dossier, Isabelle de Noell Marchesan et moi-même, avons pu relayer la parole perpignanaise au sein de l’hémicycle départemental. »

Laisser un commentaire