Rivesaltes : le maire et le président de la métropole font avancer le projet d’un second centre pénitentiaire

rivesaltes-le-maire-et-le-president-de-la-metropole-font-avancer-le-projet-dun-second-centre-penitentiaire

Mardi 15 janvier sous un soleil printanier, Jean-Marc Pujol, président de la communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole (PMM) s’est retrouvé avec tous les protagonistes du projet d’un second centre pénitentiaire (de 500 places) qui pourrait voir le jour sur le territoire de la commune de Rivesaltes, au nord de la Communauté Urbaine Perpignan-Méditerranée Métropole (PMM).

« Avec Frédérique Bour, Directrice de programme à l’Agence Publique pour l’Immobilier de la Justice (APIJ), et les services de l’Etat directement concernés par cet ambitieux projet (dont l’Administration pénitentiaire, la Direction Départementale des Territoires et de la Mer, et France Domaine), nous avons été accueillis par le maire de Rivesaltes, André Bascou, vice-président de la métropole, dans son hôtel de ville, en présence de Ludovic Pacaud, secrétaire général de la préfecture des P-O », souligne Jean-Marc Pujol.
Une réunion en mairie et une visite sur le terrain (au lieu-dit Mas de la Garrigue, secteur Nord) ont permis aux différents acteurs du projet d’évaluer les nombreux atouts et avantages d’une telle implantation. La métropole Perpignan-Méditerranée et la commune de Rivesaltes ont exposé la situation géographique et technique à propos du choix des terrains retenus et toutes les possibilités d’aménagement liées à ce foncier, les représentants de l’APIJ de leur côté ont présenté les caractéristiques requises et attendues pour la réalisation de ce projet.

Et Jean-Marc Pujol de préciser : « Dès le mois de décembre dernier, dans une note adressée à Mme la Garde des Sceaux et ministre de la Justice, Nicole Belloubet, j’avais souligné tous les avantages pour l’implantation d’une Maison d’Arrêt à cet endroit-là : la métropole est propriétaire d’une réserve foncière de 250 903m² sur la commune de Rivesaltes : une situation privilégiée entre l’autoroute A9 et la RD 900, reliant Narbonne à l’Espagne en passant par Perpignan. Ainsi, le Palais de Justice est à 15 minutes. L’espace proposé se situe à proximité immédiate du péage autoroutier Perpignan Nord, d’une zone hôtelière, de l’aéroport international Perpignan-Rivesaltes-Méditerranée, sans oublier une accessibilité renforcée par la présence à moins de dix minutes des gares de Rivesaltes, Salses et Perpignan. Ce matin, nous avons enfin pu aborder tous les éléments du dossier. In situ, l’absence de tramontane et un ciel particulièrement dégagé, lumineux, ont permis aux uns et aux autres de se faire une idée précise du cadre environnemental et de son parfait désenclavement ».

Le président de PMM a conclu ainsi cette visite : « Avec mon ami André Bascou, nous sommes très fiers de porter ensemble ce projet, au nom de nos deux collectivités locales, et surtout nous sommes particulièrement confiants à propos de sa faisabilité car, ce jour, celui-ci a reçu un accueil très chaleureux de la part de l’APIJ et de l’Administration pénitentiaire. La réalisation de ce projet pourrait voir le jour à l’horizon 2022. Il permettrait de créer quelque 200 emplois au seul niveau du personnel pénitentiaire, sans compter donc les services induits ».

rivesaltes-le-maire-et-le-president-de-la-metropole-font-avancer-le-projet-dun-second-centre-penitentiaire

rivesaltes-le-maire-et-le-president-de-la-metropole-font-avancer-le-projet-dun-second-centre-penitentiaire

rivesaltes-le-maire-et-le-president-de-la-metropole-font-avancer-le-projet-dun-second-centre-penitentiaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.