Reconquérir les « territoires perdus » de l’agriculture…

faire-vivre-lagriculture-paysanne-sur-notre-territoire-la-fondation-raoul-follereau-repond-present

Carole GOHIER et Francis CARMONA, porte-parole du RCP 66, nous communiquent sous le titre « Reconquérir les « territoires perdus » de l’agriculture », avec prière d’insérer :

« Le RCP 66 (Rassemblement Citoyen et Politique des Pyrénées-Orientales), en partenariat avec le groupe d’action de La France Insoumise de Saint-Fenouillet, a organisé vendredi 16 novembre 2018 des Assises départementales de l’agriculture. Comme prévu, le RCP 66 rendra publics ses constats, ses orientations et ses propositions par l’intermédiaire de communiqués de presse au cours des prochains mois. Ils sont le fruit de la richesse des débats et des échanges.

Comme la République, l’agriculture possède elle aussi ses territoires perdus qu’il lui faut reconquérir au plus vite.

Depuis plusieurs décennies, on assiste à la disparition inexorable des terres agricoles au bénéfice d’une urbanisation favorisant l’étalement urbain : lotissements accentuant le phénomène de mitage, profusion de surfaces commerciales, infrastructures routières, emprises commerciales extensives etc. Le modèle d’une agriculture productiviste et intensive équivaut en la matière à une fuite en avant, avec l’accroissement de terres épuisées et stérilisées ainsi que celles laissées en friches.

Les élus en place portent une lourde responsabilité de cet aménagement du territoire en totale contradiction avec les préconisations des lois LAAF (loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt du 13 octobre 2014) et ALUR (loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové du 24 mars 2014) qui portent sur l’économie des espaces agricoles et naturels. Cette orientation favorise de fait la spéculation foncière.

L’urgence climatique exige de relocaliser les productions au plus près des lieux de consommation. La relocalisation permettrait aussi aux « consomm’acteurs » de visualiser la traçabilité et la qualité sanitaire des produits alimentaires.

La reconquête des territoires perdus de l’agriculture pose la question de la place de l’agriculture dans le développement économique d’un territoire, mettant à l’ordre du jour la planification écologique et sociale lors de l’établissement des documents d’urbanisme que sont le SCOT et le PLU. Elle est également une condition pour assurer notre souveraineté alimentaire. »