Olivier Amiel : La moitié du chemin grâce à l’instauration d’une « Journée nationale de commémoration du génocide arménien »

Portrait d'Olivier Amiel, élu à la mairie de Perpignan et à l'Agglomération de Perpignan.Quartier Saint Jacques, Perpignan.
Photo JC Milhet (2018)

Olivier Amiel, adjoint au maire de Perpignan, nous communique sous le titre « La moitié du chemin grâce à l’instauration d’une « Journée nationale de commémoration du génocide arménien » », avec prière d’insérer :

« Le Président de la République a honoré sa promesse en faisant du 24 avril « La journée nationale de commémoration du génocide arménien » qui est reconnu par la France depuis la loi du 29 janvier 2001.

Il s’agit d’une bonne initiative qu’il faut saluer car ce drame qui a couté la vie à plus d’1,2 million de personnes a trop longtemps été occulté par crainte de représailles économiques de la part de la Turquie qui refuse toujours de le reconnaître.

Nous avons une exigence morale à commémorer ce génocide, c’est pourquoi accompagné du Président du parti Les Républicains, M. François Lietta, nous avions déjà tenu à assister et à participer à cet hommage l’an passé à Perpignan.

L’instauration de cette journée ne représente cependant que la moitié du chemin : il est nécessaire que la France demande à la Turquie de reconnaître ce génocide, car comme le disait le Président Jacques Chirac à ce propos : « Tout pays se grandit en reconnaissant ses drames et ses erreurs ». »

olivier-amiel-la-moitie-du-chemin-grace-a-linstauration-dune-journee-nationale-de-commemoration-du-genocide-armenien

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.