Office Public de la Langue Catalane : Carole Delga s’adresse au Premier ministre

Dans un courrier adressé ce jour au Premier ministre, la présidente de Région Carole Delga, presse l’État de confirmer sa participation au budget de l’Office Public de la Langue Catalane (OPLC).

En 2016, la Région Occitanie avait lancé, aux côtés des acteurs locaux, une grande concertation sur le devenir de la langue et de la culture catalane. A l’issue de plusieurs mois d’échanges avec les associations locales, les représentants territoriaux, les services de l’État et l’université de Perpignan, la volonté de créer de l’Office Public de la Langue Catalan était réelle.

« Entre septembre 2017 et février 2018, l’ensemble des partenaires locaux ont pris les délibérations nécessaires à la création du Groupement d’intérêt public. La convention constitutive de l’OPLC a ainsi été signée par l’ensemble des parties dans le courant du mois de mars 2018, puis transmise aux services de l’État en région » souligne Carole Delga dans son courrier.

En mai 2018, la présidente de Région décide de saisir les ministres de l’éducation nationale et de la culture afin que la participation financière de l’État dans le budget de l’OPLC lui soit confirmée.

Devant le silence de l’État, Carole Delga persiste : « Depuis plusieurs années, l’Etat est présent dans diverses structures ayant pour vocation la préservation et la diffusion d’une langue régionale (l’Office Public de la Langue Basque pour 860 000€, de l’Office Public de la Langue Bretonne pour 152 000€ et de l’Office Public de la Langue Occitanie pour 83 000€). Dans notre Région la culture catalane revêt une importance toute particulière, comme dans l’histoire de notre pays. L’attente est forte dans ce territoire d’une reconnaissance de l’État de la culture catalane. C’est pourquoi, ce travail de création de l’Office Public de la Langue Catalane a été mené ».

Retrouvez le lettre de Carole Delga ci-après : Lettre Carole Delga Premier ministre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.