Les élus RSI de la région en faveur du maintien du régime social des indépendants

elus-rsi-de-region-faveur-maintien-regime-social-independants

Suite à la conférence de presse nationale des administrateurs du Régime social des indépendants (RSI), Supprimer le RSI n’est pas le bon programme, qui s’est déroulée ce lundi 27 février, à Paris, les administrateurs d’Occitanie des RSI Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées soutiennent les propositions nationales en faveur du maintien et de l’évolution du régime des indépendants.

La suppression du Régime social des indépendants (RSI), régime de sécurité sociale de près de 7 millions d’indépendants fait partie du programme de plusieurs candidats à la présidentielle. Les administrateurs du RSI prennent aujourd’hui la parole pour attirer l’attention des candidats et des citoyens sur les conséquences d’une telle décision.

« Proposer de supprimer le RSI ou de le réformer radicalement sans en mesurer les conséquences est grave. Ce que les candidats proposent est dangereux pour les indépendants et pour la Sécurité sociale » prévient Gérard Quevillon, président national du Régime social des indépendants. « Prenez un indépendant qui perçoit 20 000 € de revenu net par an. Aujourd’hui, il paie au total 9 326 € de cotisations au RSI. S’il était rattaché demain au régime général, il devrait payer 14 722 €. Cela représente une augmentation de 58 % ! Comment un candidat peut imaginer une telle augmentation ? Ce serait aggraver immédiatement la situation des indépendants, et en particulier des plus faibles. ».

Autre risque : « Les indépendants ne bénéficieraient plus de dispositifs spécifiques d’action sociale qui n’existent pas au régime général et qui permettent de les aider dans les moments difficiles » précise également Gérard Quevillon.

« C’est une fausse liberté pour les indépendants car, se payer en dividendes, cela signifie concrètement moins de protection sociale, aucun droit en cas d’arrêts maladie, d’invalidité ou de retraite ! Il sera catastrophique pour ces indépendants de découvrir plus tard l’absence de droits à prestations. C’est également une vraie menace qui portera atteinte aux principes fondateurs de notre modèle français de Sécurité sociale ! Où sont l’équité et la justice si tel ou tel travailleur indépendant peut opter d’être hors des logiques de solidarité et de répartition, et demain plus encore ! In fine, veut-on prendre le risque de « détricoter » la Sécurité sociale ? » complète Philippe Magrin, président de la caisse RSI Bretagne.

C’est pourquoi les administrateurs du RSI souhaitent aujourd’hui éclairer concrètement le débat sur ce que signifierait la fin d’un régime spécifique pour les indépendants. Ils demandent expressément aux candidats de préserver une gestion individualisée de la sécurité sociale des indépendants et de soutenir leurs propositions.

Laisser un commentaire