D’après le CDC le maire de Perpignan méprise la charte Anticor qu’il a signée en 2014

Jean-marc Pujol, maire de Perpignan
Jean-marc Pujol, maire de Perpignan

Le Parti Convergence Démocratique de Catalogne (CDC) nous communique sous le titre «Jean-Marc Pujol méprise la charte Anticor qu’il a signée en 2014» avec prière d’insérer :

« Lors de la session du 4 janvier, le conseil municipal de Perpignan a augmenté les indemnités de sept adjoints ou conseillers municipaux majoritaires. Cet arrangement entre amis est choquant dans une ville dont le taux de chômage frôlant 16% figure parmi les records de France. Pauvreté, crise morale, gel des retraites et des salaires des fonctionnaires s’ajoutent à une situation qui proscrit la frivolité. Mais nos élus, majorité municipale Les Républicains et opposition Front National réunies, préfèrent se déchirer en augmentant jusqu’à cinq fois les sommes perçues. Dans ces conditions, comment atténuer la défiance des citoyens envers l’action publique ? Cet épisode révèle les accointances entre majorité et opposition, qui négocient dans le dos des Perpignanais. Le conseil municipal de Perpignan est décrédibilisé, mais sourdement fractionné, car tous les élus de la majorité n’ont pas approuvé la décision du mairie. Monsieur Pujol, écoutez ces éclaireurs, « Canviar és de savis »*. Vous vous devez de respecter la charte Anticor que vous avez signée en 2014 comme gage de probité avant les élections municipales. »

*Changer d’avis est signe de sagesse.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.