Centenaire de la Première Guerre Mondiale : Pour que la Mémoire demeure …

Centenaire de la Première Guerre Mondiale : Pour que la Mémoire demeure

Le 31 mai 1915

« Cher Parrain,

Voici 15 jours que je suis sur le Front et j’en connais déjà les nombreuses inquiétudes auxquelles nous sommes soumis.

Pendant ces quinze jours, il y a plu 2 jours, et si on vous a parlé de la boue des tranchées, il faut vraiment y être passé pour en connaître les fatigues qu’elle nous donne et c’est avec terreur que je me présente toutes les peines qu’ont dû endurer les soldats pour passer tout l’hiver dans ces trous.

Maintenant, il fait beau. Le jour pendant que les sentinelles veillent, on dort, on se repose de la nuit car de toute la nuit nous n’avons pas dormi et quoique les nuits soient courtes, il nous tarde vraiment l’arrivée du soleil.

Après 3 jours de tranchées de première ligne, nous nous reposons pendant 6 jours à l’arrière. Il nous tarde que ces 6 jours arrivent car on peut alors se laver et se tenir propre ; on couche dans des granges sur de la paille qui est de la poussière mais on dort bien tout de même.

Parfois, au lieu d’aller se reposer dans ces granges qui sont à 10 km du front, nous allons en 2ième ligne, ce sont des tranchées qui sont maintenant bien aménagées. Elles sont recouvertes de tôles pour se préserver de la pluie et il y a assez de paille.

Comme nourriture, ce n’est pas extra, surtout lorsque nous sommes aux tranchées de 1ère ligne car il faut bien 1 heure et ½ pour y apporter la soupe, mais lorsqu’on a faim, tout est bon.

Pour le moment on est tranquilles car nous ne faisons pas d’attaque. On se contente de tirer quelques coups de fusils de part et d’autres de temps en temps.

J’ai été un moment interrompu car un Taube est venu nous survoler. Il a été assez loin de nos ligne mais il a dû rebrousser chemin car on lui tirait des coups de canon. Finalement il semblait qu’il descendait vite. On croit qu’une mitrailleuse l’a touché.

C’est l’heure de la soupe aussi avec le plaisir de vous revoir bientôt, je vous quitte après vous avoir bien embrassé.

Votre Filleul »

Lettre d’Albert Ausseil, Illois mort pour la France le 25 septembre 1915 à Massiges (51)

A l’occasion du Centenaire de la Première Guerre Mondiale, toute l’équipe du Bassin de Lecture d’Ille sur Têt vous convie aux 6 rendez-vous qu’elle programme du 12 Octobre au 23 novembre 2018.
Retrouvez tout notre programme ici : https://fr.calameo.com/read/004279709217efa106a88

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.